Quand la malchance fait référence à la superstition

Publié le par processuscroissance--blog.com

Suite à l’article de lundi, je vous invite à faire un petit tour du côté des superstitions.

 ciel etoile 

Deuxième cas : Je suis née un jour de malchance

Il n’est pas rare de rencontrer des personnes qui sont persuadées que si elles n’ont pas de chance, c’est la faute à leur date anniversaire, leur prénom, les conditions dans lesquelles elles ont été conçues, etc.

Il n’est pas rare non plus d’entendre : « J’y suis pour rien, je suis né/e sous une bonne étoile ! »

Chance … malchance … est-ce que le jour de notre naissance à vraiment une influence sur ce que nous devenons dans la vie ?

Je connais C. depuis quelques années. Au moment de notre rencontre elle travaille dans une grande entreprise horlogère. Mariée, maman de 3 enfants adolescents, elle est toujours de bonne humeur.

Il n’est pas rare de la voir arriver le lundi matin avec quelques bouteilles de limoncello concoctées pour nous pendant le week-end.

Un jour, ses 2 filles décident de quitter la maison et de partir vivre en Italie. C’est le début d’une dépression sévère pour C.

Le monde est contre elle. La vie ne lui a jamais fait de cadeaux. De toute manière, le bonheur, c’est pas pour elle. Elle est née un 19 !

Quelques mois plus tard des licenciements sont annoncés dans le département. Elle fait partie des premières qui reçoivent leur congé. Pas de diplôme, pas de CFC, elle n’a aucune chance qu’on la garde. Et, puisqu’elle est née un 19, c’est écrit !

Elle retrouve du travail. Moins payée, dans la ville d’à côté, elle semble soudain porter sur ses épaules tous les malheurs du monde.

Elle qui était le tableau de la bonne humeur, de la chaleur typiquement méditerranéenne, ne sourit plus. Elle ne s’arrête plus au moment de l’apéro pour nous partager une de ses recettes qui fleure bon l’Italie et le soleil.

Dernièrement elle met fin à sa vie de couple. Personne ne comprend. Elle dit simplement : « Je ne peux pas être heureuse, je suis née un 19 et le 19 dans ma région, c’est un jour de malheur ! »

Remettons les choses à leur juste place.

Dans les années 60, en Italie, (ailleurs également, c’était le cas dans ma petite région de Suisse) rare sont les filles qui accèdent aux études. Leur avenir est tout tracé. Elles se marieront, auront des enfants et resteront à la maison pour les élever …. Point barre !

Et c’est bien ce qui se passe pour plus du 90% des jeunes filles de l’époque.

Donc, C. est née dans une famille où les études n’étaient pas importantes pour les filles … pas parce qu’elle est née un 19 !

Dans les années 90, même immigrée en Suisse, elle se trouve dans la même situation que ceux qui sont du pays. Pour joindre les 2 bouts, elle doit trouver un travail.

Il est alors possible de trouver un boulot sans avoir de diplôme, de CFC. Les ouvriers/ères sont formées sur le tas.

Depuis quelques années, depuis les accords de Bologne, la formation devient nécessaire. Même un concierge doit passer son CFC. Ce n’est pas parce qu’elle est née un 19 qu’elle est licenciée … mais parce qu’elle n’a pas de reconnaissance officielle pour le travail qu’elle pourrait très bien effectuer.

Ses filles étaient majeures lorsqu’elles ont décidé de partir vivre dans leur pays d’origine, pas parce que leur maman était née un 19 !

Sa dépression, sa maladie ce n’est pas une conséquence de sa naissance !

La fin de son couple … elle seule pourrait en dire la véritable raison. Ce n’est qu’une interprétation de ma part, mais je pense qu’elle est allée jusqu’au bout de sa croyance. Là où il y avait encore un peu de bonheur, elle y a mit fin. Normale, elle est née un 19 !!!! 

Et vous, êtes-vous né/e sous une mauvaise étoile ?

Vous pouvez, si vous aussi, vous pensez que la malchance qui vous poursuit est une conséquence due au moment de votre naissance, relire votre histoire sous cet angle.  

Commencez par faire le clair entre la croyance, la superstition et les faits.

Tant que vous penserez que la malchance qui vous poursuit dans votre vie est une chose normale étant donné le prénom que vous portez, le lieu de votre naissance, le jour de votre naissance ou les conditions de votre conceptions, vous prendrez plus de temps à cultiver votre malheur que votre bonheur !

En pensant de cette manière, vous vous interdisez toute chance de tordre le cou à la superstition ! Vous risquez même de l’enraciner dans le cœur de vos enfants, de vos proches.

Je vous invite entrer dans ce questionnement :

Ø  Et si vous étiez né/e le jour d’avant ou le jour d’après … Qu’est-ce que cela aurait changé dans votre vie ?

Ø  Et si vous étiez né/e dans un autre milieu … Qu’est-ce que vous pourriez alors vivre aujourd’hui ?

Ø  Et si vous lâchiez votre croyance … Qu’est-ce que cela pourrait bien vous apporter dans votre vie actuelle ?

Si vous ne faites rien, rien ne changera

Vous voulez attirer la chance …

Vous aimeriez bien, avoir une fois, un peu de chance dans votre vie …

Vous pensez que vous avez droit à la même chance que tous les autres …

SUPER vous allez pouvoir aller dans le sens de ce que vous recherchez.

Vous pensez que vous êtes né/e sous une mauvaise étoile … ou dans un mauvais signe zodiacal…

Vous ne pouvez pas porter plainte contre les astres !

Vous ne pouvez pas demander réparation !

Vous ne pouvez pas revenir en arrière !

Si vous restez dans cette attitude et dans cette pensée dévastatrice, alors vous vous donnez toutes les chances pour continuer de croire que vous êtes une victime de plus sur cette terre. Cela, vous ne le voulez pas.  

         Qui vous a dit que vous étiez né/e un mauvais jour …

         Comment comprenez-vous aujourd’hui ce qui vous arrive  

         Que faites-vous pour vous prouvez le contraire …

         Comment avez-vous cultivé les bonnes raisons de rester dans la croyance que le bonheur n’était pas pour vous …

         Avez-vous essayé de vivre autrement …  

         Pourriez-vous croire que vous pouvez inverser le courant …

 

Le but de ce questionnement

Toutes ces questions n’ont qu’un seul but : Vous renvoyer à vous-même.

C’est un processus de développement personnel.

Vous pensez que vous êtes né/e sous une mauvaise étoile … ce n’est pas une raison pour ne pas changer le ciel. D’autant plus que ce week-end, commence la nuit des étoiles. Vous pourriez suivre des yeux les étoiles filantes et décider de vivre sur la planète qui vous correspond !  

Le simple fait de vous poser des questions, d’être renvoyé à vous-même, un peu comme si vous étiez obligé/e de regarder tout ce qui se trouve dans les confins de l’univers  peut faire basculer les choses.

Dans chaque réponse donnée, vous pouvez trouver des pistes pour que les choses changent dans votre vie.

Une seule condition vous est demandée : Vous devez accepter de changer le cours de votre vie par vous-même. Vous devez vous prendre en main.

Vous devez changer votre manière de penser pour vous donner une chance d’avancer

Dans l’article qui paraîtra lundi  nous regarderons les influences négatives qui surgissent lorsque vous comparez votre chance à celle des autres.

 


Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?

 

A bientôt.

Commenter cet article

Dorian 15/08/2012 18:28


Bonjour Madeleine,


 


Ce n'était pas vraiment la question mais tu la traites d'un cpoté intéressant. Le côté où si la chance n'existe pas, je ne me soucis pas de savoir si je suis chanceux ou non. La vie m'a donné tel
environnement, telles opportunités et je fais avec.


 


Mais la vraie question est Pourquoi suis-je dans un environnement plus ou moins favorable au départ. Mais j'en conviens, ce n'est pas une question facile :)


 


Merci de ta réponse et à bientôt :)


Dorian

processuscroissance--blog.com 15/08/2012 22:54



Hell Dorian,


Bon, j'ai pas vraiment répondu ... et face à ta question, je le reconnais, je n'ai pas de réponse. Quelle est la tienne ?


A bientôt.



Dorian 14/08/2012 12:04


Madeleine, j'ai une question un peu plus philosophique pour compléter cet article.


Penser que l'on est né sous une mauvaise étoile est une chose.


 


Mais qu'en est-il du fait de naître dans une très bonne famille dans un pays riche ou naître dans un bidon ville avec la famine et les maladies ? Est-ce une histoire de chance ?


J'ai déjà mon idée sur la question (même si je n'ai pas creusé à fond) mais j'aimerais avoir la tienne si tu veux bien :)


 


Dorian

processuscroissance--blog.com 14/08/2012 13:50



Bonjour Dorian,


Question difficile que tu me poses. Franchement, je n'ai pas la réponse. Je ne pense pas que c'est une histire de chance.


Je suis née dans un pays riche ... mais dans une famille où la maltraitance était journalière. Nous étions pauvres. La pauvreté ne m'a pas fait de mal, la maltraitance oui. Lorsqaue je voyais la
vie qu'avait les autres enfants, me suis-je dit que je n'avais pas eu de chance de naître dans cette famille ? Je me suis souvent dit que ce n'était pas juste.


Aujourd'hui je module. Ce que je suis, ce que je fais, c'est aussi grâce à mon passé, au comment je m'en suis sortie. C'est dû aux rencontres que j'ai faites, aux opportunités que j'ai saisi et
surtout à la persévérance de ne pas reproduire ce que je connaissais si bien, je veux parler de la violence.


En parallèle, j'ai des amis qui vivent dans des favellas, dans des case africaines. Ils sont heureux. Ils ne se posent pas la question de savoir si c'est la malchance qui les poursuit. Non, ils
vivent leur condition et apportent ce qu'ils peuvent à leur pays.


Voilà, j'espère avoir répondu à ta question.


A bientôt.