Quand les moments de bonheur frappent à votre coeur

Publié le par processuscroissance--blog.com

Je me souviendrais toujours de cette femme que nous allions visiter à l’hôpital.

Elle y a vécu les derniers mois de sa vie et a marqué toutes les personnes qui se sont occupées d’elle et celles qui lui rendaient visite.

Elle savait qu’elle terminerait ces jours dans ce lit. Elle savait qu’il lui restait peu de temps pour profiter de la vie.

Elle avait toutes les raisons de se plaindre, d’en vouloir à la maladie. Elle aurait pu crier sa souffrance, se replier sur elle-même, appeler sans cesse l’infirmière pour lui demander un peu de soulagement.

Rien de tout cela.

C’est elle qui apportait du bonheur au personnel, aux personnes qui lui rendaient visite. C’est elle qui donnait ce petit plus qui faisait que la maladie, l’environnement hospitalier prenait le second plan. Elle savait mettre au premier plan la VIE.

oiseau.jpeg

Son lit était près d’une fenêtre donnant sur un petit balcon. Elle avait demandé que soit posée sur une petite table une écuelle avec un peu d’eau et quelques graines dans une assiette.

Ainsi, elle pouvait admirer les mésanges, rouges-gorges, moineaux qui venaient goûter à ces friandises. Cela lui apportait tellement de bonheur qu’elle le partageait.

L’impact était immédiat. Plutôt que de voir une vieille femme dans un lit, je voyais ce qu’elle admirait, je regardais ce qui la rattachait à la vie.

Elle nous parlait également de sa vie, des élèves qu’elle avait suivis durant sa carrière, de sa passion pour les aider à apprendre. Elle se souvenait de leur nom, de leurs bêtises mais surtout de leurs réussites.

Elle remerciait pour tous les moments de bonheur qu’elle avait reçu dans sa vie et jamais je ne l’ai entendu parler de ses malheurs, pourtant, Dieu sait si il y en a eu. Elle voulait partir en les laissant là où ils devaient être et n’emporter avec elle que ce qui avait été sa joie de vivre.

De quoi dépend votre bonheur ?

Y avez-vous déjà pensé ?

Dans les moments difficiles, lorsque les soucis vous empêchent de dormir, sombrez-vous dans la négativité, la reportant sur toute votre vie dans son ensemble ?

C’est ce qui se passe chez certaines personnes qui n’arrivent pas à se réjouir, à se sentir contente.  

La contamination négative est dangereuse

Ce n’est pas parce que votre journée au travail a été désastreuse qu’il vous faut ramener à la maison votre mauvaise humeur.

Ce n’est pas parce dans votre couple les choses ne vont pas comme vous le voudriez que vous ne pouvez pas trouver ailleurs des moments qui vous remplissent de bonheur et de douceur.

Ce n’est pas parce que vous traversez une épreuve, une difficulté ou des soucis qui vous prennent la tête, qu’il n’y a pas d’occasions de vivre des petits moments de bonheur qui pourraient vous aider à prendre un peu de distance avec ce qui occupe votre esprit.

Si votre bonheur dépend uniquement de ce qui ne va pas, (votre travail, votre vie amoureuse, vos amis, votre environnement) alors le risque est d’entrer dans un cercle vicieux.

Sans vous en apercevoir vous traînerez avec vous une attitude négative.

Prendre conscience des conséquences dues à une attitude négative

Pensez-vous que cette femme dont je vous parlais tout à l’heure aurait demandé que soit posé sur son balcon ce qui pouvait faire venir les oiseaux si elle avait vécu sa maladie négativement ?

Ne pas être content, être de mauvaise humeur, c’est tout à fait normal et ça arrive à tout le monde. Mais, est-ce une raison pour que ça déteigne sur tous les secteurs de votre vie ?

Reprenons l’exemple d’une mauvaise journée au travail.

Bon, vous avez sans doute de bonnes raisons d’être tendu/e, d’avoir une sensibilité à fleur de peau, d’en avoir marre de faire ce boulot et d’attirer sur vous les foudres de votre supérieur. Mais, est-ce une raison pour rapporter tout ça à la maison au risque que votre conjoint/e, enfants ne subissent à leur tour ce que vous endurez ? Est-ce une raison pour « faire la gueule » et ne pas profiter d’une bonne soirée avec des amis ? Est-ce une raison pour ne pas vous faire du bien en profitant de la beauté d’un paysage ? …

Quand les moments de bonheur frappent à votre cœur

Tout d’abord, précisons une chose importante : Il est impossible de vivre dans le bonheur à chaque instant de votre vie.

Un moment de bonheur c’est quelque chose qui vient frapper à votre cœur.

C’est comme un invité que vous n’attendiez pas alors qu’inconsciemment vous souhaitiez sa visite.  

C’est comme une brise légère qui se lève pour vous rafraîchir alors que vous étouffez dans votre colère, dans votre mauvaise humeur.

C’est comme un enfant qui sait comment vous faire sourire alors que vous n’avez qu’une envie : pleurer toutes les larmes de votre corps.

Ces moments de bonheur ne se trouvent pas à l’intérieur de votre négativité. Ils surgissent à l’extérieur de votre problème. C’est un peu comme s’ils venaient vous inviter à porter votre regard sur autre chose que ce qui occupe à l’instant votre esprit.

C’est une invitation, un cadeau que veut vous faire le côté positif de votre vie.

Dans la colère, ils vous offrent un sourire, un regard, une main tendue…

Dans la peine, ils vous offrent une caresse, un mot d’encouragement …

Dans le souci, ils vous offrent l’alternative de penser à autre chose, de percevoir un autre horizon …

Ils ne vont pas résoudre votre problème ou votre situation, en tout cas pas dans un premier temps. Mais ils peuvent avoir la faculté d’améliorer votre situation dans les autres parties de votre vie en les détachant de ce qui entrave votre aspiration à vivre heureux/se.

A vous de jouer !

Si aujourd’hui vous traversez une zone de turbulence, si vous sentez un moment de ras-le-bol vous prendre, si vous franchissez la frontière du mal-être, écoutez votre cœur et suivez le chemin qu’il vous indique.

Quel moment de bonheur avez-vous reçu aujourd’hui ?

 

Vous avez aimé cet article ? Pourquoi ne pas le partager et inviter d’autres personnes à découvrir l’importance d’ouvrir son cœur aux moments de bonheur offerts par la vie.

A bientôt.

Commenter cet article

Jean 25/04/2012 11:15


Très bel article Madeleine. La chanson émouvante "le petit bonheur" l'illustre parfaitement, comme les mésanges sur le bord de la fenêtre.


Je découvre ton blog après le geste du pasteur anglican.


Merci de tes petits bonheurs que tu m'offres.

processuscroissance--blog.com 25/04/2012 11:36



re-bonjour Jean,


Oui, je pensais à l'article que je venais de mettre en ligne lorsque j'ai répondu sur ton blog. C'est avec plaisir que je t'offre ces petits moments de bonheur, puisses-tu un jour les partager
avec ton ami.


Au plaisir de te retrouver.



Danièle de Forme et bien-être 25/04/2012 09:29


Bonjour,


J'ai eu la chance d'avoir une maman très handicapée. Je dis bien la chance car c'est grâce à elle que je suis ce que je suis aujourd'hui. Elle a vécu toute sa vie dans la souffrance physique avec
de très grosses difficultés à marcher. A l'époque les fauteuils adaptés pour chaque handicapé n'existaient pas. Je ne l'ai quasiment jamais entendue  se plaindre. Elle donnait plus qu'elle
ne recevait des personnes de son entourage mais elle trouvait ça normal. Elle disait avoir du temps pour les autres !


Elle a disparue deuis quelques années et je lorsque j'a iunhe baisse de moral je pense à sa volonté sans faille.


Il existe des milliers de personnes comme elle mais personne ne parle d'elles, ou si peu.


Merci de le faire.

processuscroissance--blog.com 25/04/2012 10:02



Bonjour Danièle,


Merci pour ton témoignage s vibrant d'affection pour ta maman qui a su te donner ce goût à accueillir des moments de bonheur.


Aujourd'hui elle t'accompagne dans tes baisses de moral.


Oui, c'est important de parler de ces peronnes qui nous ont marquées et qui restent des témoins sur notre chemin.


Bonne route à toi.