Accepter d'avoir des frustrations pour entrer dans une écoute de vos besoins légitimes

Publié le par processuscroissance--blog.com

Ne rien en faire c’est laisser son jardin intérieur à l’abandon

Voici quelques jours que nous visitons quelques fonctionnements qui peuvent devenir, si nous les laissons prendre les commandes de nos vies, de véritables poisons et nous rendre malade de vivre !

Au cœur de ceux-ci, se trouve la frustration.

C’est quelque chose qui est l’une des conséquences des plus courantes de tout ce que vous n’arrivez pas à vivre.

regarder par le trou de la serrure-copie-1

Pour mieux comprendre ce qu’est la frustration, je vais m’appuyer sur quelques commentaires reçus ces derniers jours :

 « Vive les insatisfactions ! Ce sont elles qui nous font prendre conscience des que nous avons des progrès à faire. Ce ne sont donc pas véritablement des poisons, mais plutôt des sonnettes d'alarme ! »

L’insatisfaction … son emballage est généralement composé de plusieurs frustrations bien tissées entre elles.

Ø  Insatisfaction par exemple, dans sa vie professionnelle :

« Je ne m’épanouis pas … » « Je ne suis pas reconnu/e dans ce que je fais … » « J’angoisse à la pensée d’aller au boulot … » « Ce que je fais c’est mon gagne-pain, il y a tellement d’autres choses qui me passionnerait … »

Il y en a des frustrations dans ces exemples, ce sont des besoins qui ne sont pas satisfaits.

Ressentir ses besoins et les nommer permet en effet de prendre conscience de ce que vous pouvez  changer et de ce que nous ne pouvez pas changer.

L’insatisfaction liée à la frustration et aux besoins sous-jacents, une véritable mine d’or pour progresser.

« Je retiens le fait de cultiver les ressources pour éviter l'insatisfaction. Les émotions sont rarement crées par la situation qui nous embête mais sont bien antérieures à elle! »

Cultiver ses ressources pour éviter l’insatisfaction … un autre moyen pour ne pas vivre frustré parce que nous n’agissons pas à partir de ses ressources.

Ø  Nourrir le négatif que l’on ressent de soi est le meilleur moyen de ressentir de l’insatisfaction dans votre manière d’être, d’agir, de penser.

Agir autrement, c’est :

« Je n’arrive pas …

Oui, ici, je n’arrive pas, mais dans tels domaines, je réussis … ce qui me permet de réussir, c’est … »

« Je ne trouve pas ma place …

 Cette situation ne me convient pas, mais lorsque je suis dans telle situation, je me sens bien à ma place, j’occupe une place qui me convient … »

« Je n’ai aucune capacité … je ne trouverais jamais quelque chose qui m’épanouit …

Cependant, j’ai une capacité d’écoute, je suis une personne qui aime la relation, je me sens bien quand je peux exercer une certaine forme de créativité … »

 

Les émotions sont rarement crées par la situation qui nous embête mais sont bien antérieures à elle …

 

L’habitude conduit à regarder les situations qui nous embêtent … cependant, nous pouvons également vivre une insatisfaction et une frustration qui conduit à un flot d’émotions dans des situations positives.

 

Ø  Lorsque les ressources sont reconnues et qu’elles ne sont pas cultivées, que rien n’est mis en œuvre pour les vivre, toute situation positive va raviver la frustration de départ.

Frustré de n’avoir rien fait pour …

Frustré de ne pas vivre ce meilleur de vous …

Frustré de se sentir à nouveau sur la touche …

Frustré de voir que les autres réussissent …

« La culpabilité fait partie des sentiments pas très utiles pour nous... Et qui peut avoir des origines assez lointaines. Adopter une attitude positive, un regard neutre et prendre du recul permet de relativiser ce sentiment. »

« Les parents ne se rendent pas toujours compte qu'ils donnent ce sentiment de culpabilité à leurs enfants et les résultats lorsqu'ils sont plus grands sont désastreux. »

C’est « un état » qui s’installe en nous.

La conscience ne permet plus de faire la part des choses, de revenir à la réalité et de prendre du recul. Elle ne permet plus de percevoir la part de responsabilité qui nous incombe et celle qui ne nous appartient pas.

Nous nous sentons coupable ! Et nous nous punissons de diverses manières. Si vous n’avez pas lu l’article, vous le trouvez ICI

 La culpabilité dont vous vous nourrissez vous conduit à vivre des frustrations de plus en plus néfastes dans votre vie.

Ø  Elle vous coupe de votre aspiration à vivre des relations authentiques.

Ne pas pouvoir vous vivre authentiquement avec l’autre frustre vos capacités d’empathie, d’ouverture …

Ø  Elle vous enferme dans une prison sans avoir été condamné/e par un tribunal.

Vous ressentez d’autant plus fortement la frustration d’avoir perdu une part de votre liberté.

Vous pouvez également vous sentir en frustration parce que vous espérez que l’autre à la clé pour ouvrir la porte alors que c’est vous qui avez la clé.

Ø  Elle met en relief certaines croyances limitantes et vous interdit d’agir dans le sens contraire.

La frustration peut alors surgir des années après, lorsque vous prendrez conscience de tout ce que vous vous êtes interdis de vivre parce que, justement, vous vous sentiez coupable.

« La jalousie est la pire choses qui puisse arriver dans un couple. Elle rend malheureux celui qui est jaloux et aussi celui qui est la source de cette jalousie. La vie devient vite un enfer. Il faut impérativement se soigner de cette maladie. »

La jalousie c’est une forme d’amour, ce n’est pas l’Amour.

La jalousie amoureuse est une émotion empreinte d'agressivité qui est la conséquence de la peur de perdre l'être aimé ou l'exclusivité de son amour, au profit d'une autre personne – sentiment qui peut être fondé sur l'imagination et non sur des faits.

Quand elle est permanente ou excessive, la jalousie est une forme de paranoïa et est attachée à une relation « amoureuse » sur un mode possessif voire exclusif.

 Des frustrations ... conséquences de votre jalousie, il y en a des « tonnes » !

Ø  Frustré de ne pas être l’unique

Ø  Frustré dans les réactions inverses de l’autre par rapport à ce que vous attendez

Ø  Frustré dans vos besoins d’être aimé et de pouvoir aimer

Ø  etc…

Si vous regardez les autres attitudes visitées ces derniers jours et qui peuvent empoisonner votre vie, (vos défauts … surtout lorsque c’est la seule chose que vous percevez de vous ; le fonctionnement de procrastination … remettre toujours à demain les tâches qui vous embêtent ; la rancune ; l’ennui … faites la liste des frustrations que vous vivez en les cultivant.

processus-de-vie.JPG

 Comment agir lorsque nous vivons une frustration ?

En premier lieu, reconnaître que vous vivez une frustration. Vous êtes frustré parce que …

Accepter de vous sentir frustré … Derrière la frustration, il y a quelque chose en vous qui voudrait pouvoir vivre. Il faut rechercher ce que c’est.

Vivre la frustration est, j’ai envie de dire, nécessaire pour grandir, pour se réaliser. Elle ne peut que nous ramener à nos propres aspirations.

Bien souvent, c’est parce que nous attendons beaucoup des autres que nous nous retrouvons en frustration, pour la bonne raison qu’ils ne nous donnent pas ce que nous désirons et exigeons. Donc, réduire peu à peu nos attentes sur les autres pour agir un peu plus personnellement est un moyen puissant.

Le fait de vivre une frustration conduit à une insatisfaction plus ou moins grande. Percevoir ce qui n’est pas satisfait en soi peut permettre de mettre en place un processus pour aller vers plus de satisfaction personnelle.

Conclusion :  

Vous vous souvenez du conte qui ouvrait cette série sur le risque des poisons que vous pouvez avoir dans votre vie ? C’était l’histoire du petit garçon qui plantait des clous.

Relisez-là …

Le petit garçon qui plantait des clous !

« C'est l'histoire d'un petit garçon qui avait mauvais caractère. Son père lui donna un sac de clous et lui dit qu'à chaque fois qu'il perdrait patience, il devrait planter un clou derrière la clôture.

Le premier jour, le jeune garçon planta 37 clous derrière la clôture. Les semaines qui suivirent à mesure qu'il apprenait à contrôler son humeur, il plantait de moins en moins de clous derrière la clôture...Il découvrit qu'il était plus facile de contrôler son
humeur que d'aller planter des clous derrière la clôture...

Le jour vint où il contrôla son humeur toute la journée. Après en avoir informé son père, ce dernier lui suggéra de retirer un clou à chaque jour où il contrôlerait son humeur. Les jours passèrent et le jeune homme pût finalement annoncer à son père qu'il ne restait plus aucun clou à retirer de la clôture.

Son père le prit par la main et l'amena à la clôture. Il lui dit: "Tu as travaillé fort, mon fils, mais regarde tous ces trous dans la clôture. Elle ne sera plus jamais la même. À chaque fois que tu perds patience, cela laisse des cicatrices exactement comme celles-ci. »

Auteur(e) inconnu(e)

 

  

Vous êtes ce petit garçon. Le père qui vous invite à planter un clou à chaque fois que … c’est le bon sens de la vie qui vous accompagne quotidiennement. La clôture qui vous sert à planter vos clous est une construction faite avec vos insatisfactions. Les clous représentent chaque frustration.

Allez-y …

Ne laissez plus vos attitudes, vos pensées, vos croyances empoisonner votre vie. Cultivez autant que cela vous est possible TOUT ce qui vous apporte ces sentiments de bien-être, d’épanouissement que vous recherchez.

Tout est en vous.


Je vous souhaite un bon week-end et je vous retrouve très bientôt.

La listes des mini-tutoriels de cette série :

Pile ou face ?

Le poison de la culpabilité

Quand la jalousie met en péril votre couple

L'invisible poison de l'attentisme

Racontez-vous toujours la même histoire ?

L'ennui ... le meilleur somnifère contre votre dynamisme !

Commenter cet article

Delforge 25/05/2012 12:29


Merci c'est très juste

processuscroissance--blog.com 25/05/2012 12:46



Bonjour Delforge,


Je ne puis que vous souhaiter d'accepter vos frustrations et de découvrir toute la vie qui est derrière.


Bon week-end