Nous avons un côté qui donne la vie, un côté qui ne porte plus de vie

Publié le par processuscroissance--blog.com

L’arbre de l’humanité – Conte malgache

 

"L'arbre trônait dans la plaine aride, non loin du village, depuis des temps immémoriaux. Les grands-pères et les grands-pères des grands-pères l'avaient toujours vu. On disait qu'il était aussi vieux que la Terre. On le savait magique. Des femmes trompées venaient le supplier de les venger, des hommes jaloux, en secret, cherchaient auprès de lui un remède à leur mal. Mais personne ne goûtait jamais à ses fruits magnifiques.

Orme

Pourquoi? Parce que la moitié d'entre eux était empoisonnée. Mais on ne savait laquelle : le tronc massif se séparait en deux grosses branches dont l'une portait la vie, l'autre la mort. On regardait mais on ne touchait pas.

Une année, un été chaud assécha la terre, un automne sec la craquela, un hiver glacial gela les graines déjà rabougries. La famine envahit bientôt le village. Miracle : seul sur la plaine, l'arbre demeura imperturbable. Aucun de ses fruits n'avait péri.

Les villageois affamés se dirent qu'il leur fallait choisir entre le risque de tomber foudroyés, s'ils goûtaient aux merveilles dorées, et la certitude de mourir de faim s'ils n'y goûtaient pas.

Un homme dont le fils ne vivait plus qu'à peine osa soudain s'avancer. Sous la branche de droite il fit halte, cueillit un fruit, ferma les yeux, le croqua et... survécut. Alors tous les villageois l'imitèrent et se ruèrent sur les fruits sains de la branche droite.

Repus, ils considérèrent la branche gauche. Avec dégoût d'abord, puis haine. Ils regrettèrent la peur qu'ils avaient eue et décidèrent de se venger en la coupant au ras du tronc.

En 2 jours, l'arbre amputé de sa moitié empoisonnée noircit, se racornit et mourut sur pied, ainsi que ses fruits."

Auteur inconnu

Que représente cet arbre ?

La réponse la plus directe conduit à dire : le monde, l’humanité

Hé oui, c’est dans le titre !

Et si cet arbre était tout simplement le symbole de nous-mêmes ?

 "Le jour de ta naissance tout le monde a reconnu en toi le sourire de ta mère, les yeux de ton père, la robustesse de ton grand-père et les signes génétiques de tes origines.

Les spéculations allaient bon train … Tu ferais des choses magnifiques dans ta vie.

Tu suivrais, à n’en pas douter, la route qu’avaient dressé avant toi tes ancêtres.

 

Tu as commencé à grandir, à montrer ton véritable caractère, bien différent de celui qui avait été perçu au moment de ta naissance.

Tu n’as pas toujours été reconnu pour tes qualités de cœur, tu n’as pas toujours reçu l’estime et la reconnaissance que tu attendais.

 

Tu es devenu un adulte qui essaie de donner un sens à sa vie.

Tu n’as pas envie de faire comme ton père, comme ta mère. Tu n’as pas envie de ressembler à tes ancêtres et tu cherches à inscrire ton empreinte partout où tu vas.

Les choses vont bien pour toi. Tu sais que tu as des défauts, des réactions qui nuisent à ta recherche de réussite.

Tu essaies de faire face comme tu le peux aux désagréments de la vie.

Tu te bats pour être reconnu, pour devenir quelqu’un.  

 

Soudain, tout bascule.

Tu te poses plein de question sur ta raison de vivre. Ton couple chavire. Tu commences de redouter la reprise du boulot. Des ennuis de santé deviennent plus fréquents. Tu vieillis.

Tu en as marre. Tu voudrais retrouver le bonheur.

Tu ne sais plus quoi faire. Tout ce que tu vois c’est qu’il y a peu tu étais au cœur de ta réussite.

Alors tu cherches à retrouver ce que tu as perdu. Tu cherches dans l’oubli, dans la compensation, dans les livres.

Tu connais un chemin, mais c’est celui que tu redoutes le plus, te remettre en question !  

 

Un jour, tu prends ton courage à 2 mains. Tu prends rendez-vous pour parler de ta vie.

Dès le départ, tu conscientises que tu portes en toi des qualités, des richesses qui sont restées intactes.

Tu retrouves peu à peu ton envie de vivre. Tu fais d’autres projets. Tu décides de croquer la vie à pleines dents.   

Tu regardes ton chemin de vie et tu te fâches contre tout ce qui a été des barrières.

Tu te mets en colère contre tes faiblesses, tes manques. Tu en veux à tes parents qui n’ont pas su … Tu en veux à toutes ces personnes qui te mettaient sur un podium gagnant et qui au moment des problèmes ont disparu. »  

coaching de vie

Maintenant, tu as le choix …

Ta vie c’est comme l’arbre du conte. Il y a en toi du bon et du moins bon. Il y a les branches qui portent la vie et les branches qui portent la mort.

Elles représentent tout le chemin que tu as déjà parcouru et celui qui te reste à parcourir.

Maintenant, tu connais le risque qu’il y aurait de « couper » ce qui te semble source de tes tracas, de tes échecs.

Maintenant tu peux commencer d’accepter que cette partie « non-aimée » de toi a le droit de vivre.

Ce droit te conduit simplement à continuer de goûter aux bons fruits qui sont toujours là.

Plus tu t’en nourriras, plus les branches qui représentent « la mort » te sembleront moins importantes, moins robustes.

C’est une question de vie …

A bientôt sur le chemin de vie.  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article