Questions légitimes - questions maladroites

Publié le par Madeleine Moreau

Les bonnes réponses surgissent lorsque nous nous posons de bonnes questions

Tout va bien dans le meilleur des mondes.

C’est évident, n’est-ce pas ?

Yess

 

Sauf qu’il est très rare de vivre dans le meilleur des mondes.

Bien sûr, le sentiment d’y être peut se produire par instants, par moments, puis, il disparaît, nous laissant au bord du rivage : nus et frissonnants.

Dans le meilleur des mondes, tout se déroule comme dans un rêve, on se sent bien !

        Le stress n’existe pas

        Les soucis, qu’ils soient petits ou grands s’évanouissent

        Les responsabilités sont faciles à vivre

        Les relations sont angéliques

        Les problèmes disparaissent comme par enchantement

        La vie est merveilleuse et croquante à souhait

Ça, c’est ce que l’on aimerait vivre à tout instant, chaque jour, chaque nuit.

 

Le réel, ne nous fait pas vivre dans le meilleur des mondes

 

L’atterrissage est difficile.

Le monde dans lequel nous vivons, la vie que nous choisissons, notre condition humaine, autant de paramètres qui font que nous vivons dans le monde réel et non dans le meilleur des mondes.

Pourtant, et c’est tout à fait humain, nous n’arrêtons pas d’espérer qu’un jour, nous accèderons à la béatitude, à la plénitude, au bonheur parfait.

Est-ce pour cette raison que nous cherchons sans cesse comment changer quelque chose dans notre vie ?

Pas à changer de grandes choses, pas à changer tout ce qui est autour de nous, non … mais changer de petites choses, quelques inconforts qui nous rendent mal-à-l’aise. Pour cela, nous nous posons des questions, par exemple :  

Ø Comment me sentir plus heureux/se ?

Ø Comment trouver un travail qui me passionne ?

Ø Comment me sentir bien sans faire face à tous mes problèmes ?

Ø Comment trouver la compagne, le compagnon de ma vie ?

Ø

Et les réponses que nous pouvons apporter, sont rarement pleinement satisfaisantes.

Il arrive même que cela ne change, absolument rien, dans notre manière de vivre.

Il y a une raison, toute simple, à cet état de fait : COMMENT

C’est judicieux de demander : Comment faire une tarte au citron ? – Comment trouver mon chemin ? – Comment planter un clou ?

Judicieux car vous demandez à quelqu’un de vous montrer ce qu’il faut faire.

Bien sûr, lorsque vous demandez comment faire pour vous sentir plus heureux, plus heureuse, comment faire pour trouver un travail qui vous passionne, comment trouver la compagne, le compagnon de votre vie …, c’est tout aussi judicieux …

Sauf que les réponses que vous recevez, les trucs qui vous sont donnés, sont toujours excellents pour la personne qui vous montre comment, mais, en fin de compte, vous laisse sur le carreau !

Vous essayez un moment, vous appliquez les conseils, le mode d’emploi, et vous en êtes toujours au même endroit … à chercher comment faire !

Le meilleur des mondes, ce n’est pas pour aujourd’hui.

 

Mieux que : « Comment … ? »,

« Que puis-je faire pour … ? »

 

Là, les choses peuvent changer. Elles peuvent changer quelque chose dans votre vie, tout simplement parce que vous ne demandez pas un mode d’emploi, une recette, un modèle. Les choses peuvent changer car vous vous mettez dans une attitude différente, celle qui fera que vous pouvez directement agir sur la question.

Essayons, en reprenant les questions ci-dessus :

Ø Comment me sentir plus heureux/se ? devient : Qu’est-ce qui pourrait m’apporter un peu de bonheur aujourd’hui ?

Ø Comment trouver un travail qui me passionne ? devient : Qu’est-ce que j’ai comme ressources pour rendre mon travail intéressant ? ou : Quel est, tout au fond de moi, le travail qui correspondrait à ce que j’aimerais vivre ?

Ø Comment me sentir bien sans faire face à tous mes problèmes ? devient : Qu’est-ce que je peux faire, là, dans les minutes qui viennent, pour penser à autre chose que mes problèmes ?

Ø Comment trouver la compagne, le compagnon de ma vie ? devient : Quelle disponibilité est-ce que je laisse à mon cœur pour s’ouvrir et accueillir à mon besoin de me sentir aimé/e ?

Ø

Le simple fait de tourner la question vers vous, va créer un espace intérieur, de la place si vous préférez, pour que puisse monter en vous une réponse satisfaisante, sans arrière goût de jugement, sans vous forcer à faire des choses.

Tourner la question vers soi, c’est trouver une réponse à ce que l’on désire profondément, à mieux percevoir ce qui est de l’ordre du possible et de l’impossible, à changer quelque chose dans sa vie.

Cela peut paraître simple, disons, un peu simpliste, mais qui peut être incroyablement puissant.

Incroyablement puissant, parce que vous êtes obligé/e de donner une réponse « valable à vos yeux ».

Ce sera puissant si vous acceptez de mettre en œuvre la réponse que vous donnez à la question.

Votre réponse sera toujours reliée à ce que vous vivez dans le moment présent – n’allez pas croire que tout se fera dans les minutes qui viennent – il est impossible de construire une cathédrale en un jour !

C’est donc un exercice que vous pouvez faire chaque jour, chaque matin, jusqu’au moment où vous arriverez à la concrétisation de ce que vous désirez réellement, à la concrétisation du rêve que vous désirez réaliser.

Cela peut prendre des mois, des années … qu’importe …

L’essentiel n’est-il pas  de vous mettre en chemin, de poursuivre votre quête d’épanouissement, de tracer votre route ?

 

Conclusion

 

Vous avez en vous des questions légitimes, vous vous les posez peut-être de manière maladroite.

Ne les posez pas en commençant par « comment … ? » - sauf si vous avez besoin que l’on vous donne une recette, un mode d’emploi.

Posez-vous des questions qui concernent ce que vous vivez intérieurement, des questions qui vous conduisent au cœur de ce que vous vivez, pour que les réponses montent de l’intérieur de vous et vienne éclairer votre conscience, votre capacité à faire quelque chose pour vous.

Je vous souhaite de beaux moments de questionnements, à bientôt.


Est-ce que cet article intéresserait vos amis ? Dites-leur qu'il existe !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !


N'ayez pas peur de donner votre avis :
Vos commentaires sont précieux, n’hésitez pas à réagir si cet article vous a interpellé. 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article