Guérir de la rancune, quelques pistes

Publié le par processuscroissance--blog.com

 

Il y a des gens qui ne parviennent pas à tourner la page. Quelque soit le moment, ils reviennent sur le même moment. Ils redisent en long et en large ce que tout le monde a déjà entendu des centaines de fois. 

Ce n’est pas comme les souvenirs que racontent les hommes de leur service militaire, ou les femmes de leur premier baiser.

Non, ils reviennent sur quelque chose qui n’est pas digéré, qui reste tellement présent en eux que c’est toujours comme si c’était hier.

 rancoeur.jpg

Rancune

Ils vivent une rancune tenace, qui colle à la peau, qui remplit tout l’espace.

Même si ça s’est passé il y a 40 ans, c’est comme si toutes les années qu’ils viennent de vivre n’avait rien apporté d’autre que le fait, l’évènement, la blessure qui ne s’est jamais refermée.

Que vous inspire ce mot : Rancune ?

Personnellement, il me fait penser à quelque chose de rance. Il est plein d’amertume, d’acidité. C’est comme quelque chose qui devrait être vomi et qui reste coincé dans la gorge, qui fait une boule dans le plexus.

Pas très ragoûtant, non ?

La rancœur pourrait bien faire partie des poisons que nous visitons depuis quelques jours si elle vous poursuit.  

Les conséquences du poison rancunier

Est-ce que l’on dit de vous que vous êtes une personne rancunière ?

Est-ce que vous avez de temps en temps cette réflexion : « Mais, arrête de revenir sur cette histoire, c’est du passé … »

Est-ce que vous vous dites parfois : « J’aimerais bien faire une croix là-dessus parce que j’avance pas. »

Oui ? Non ?

Si votre réponse est oui, lisez ce qui suit. Si c’est non, lisez également car vous découvrirez pourquoi il ne sert à rien d’en vouloir pendant des années à quelqu’un ou à quelque chose si vous voulez être bien en vous.

Les conséquences sont multiples et elles peuvent se répercuter bien au-delà de votre sphère privée.

Ø  La racine se situe dans votre histoire, à un moment précis.

Quelque chose ou quelqu’un vous a fait mal. Ce peut être aussi un système, un environnement humain … Toujours est-il que vous avez été blessé/e au plus profond de votre être.

ü  Cette blessure, ne s’est pas refermée et elle s’ouvre à tout moment. Elle s’accompagne de ce goût d’amertume que vous connaissez si bien.

ü  Elle vous empêche de profiter du moment présent et de vous tourner vers ce qui vous est donné dans votre aujourd’hui.

 

Ø  Vous ressentez, consciemment ou non un besoin d’être entendu dans ce qui vous a fait mal.

Alors, vous revenez sans cesse sur cette histoire. Pour vous, c’est comme si vous vouliez dénoncer, vous faire entendre dans votre souffrance.

ü  Vos amis, vos proches vous disent que c’est terrible ce que vous avez vécu. Vous ne les entendez pas.

ü  Vous récoltez le contraire de ce que vous souhaitez, à savoir qu’ils ne vous entendent plus … ils connaissent la rengaine … ils ne font plus attention au traumatisme dont vous vous sentez victime.

 

Ø  Cette blessure, elle s’est produite dans une facette positive de vous.

ü  Aujourd’hui, parce qu’elle n’est pas encore refermée, elle vous empêche de vivre pleinement ce positif.

ü  Pire, c’est lorsque vous êtes en contact avec ce positif que la blessure redevient purulente et vous fait encore plus mal.

ü  Vous avez, peut-être, cette croyance que jamais vous ne pourrez guérir.

 

Ø  Vous vous enfermez dans ce passé … ou, vous restez prisonnier, prisonnière de ce passé.

Ø  Une partie de vous à cessé de grandir.

Ø  Vous n’acceptez pas, vous ne pouvez pas encore accepter ce qui a été et vous ne voulez qu’une chose, que justice soit faite.

Ø  Votre rancœur et la manière dont vous l’exprimez est, d’une certaine manière, une attitude que vous avez adopté pour ne pas l’oublier.

 sequestree.jpg

Pour ne plus dire toujours la même histoire.

La rancœur ne va pas vous conduire à la mort mais à une difficulté de vivre le moment présent, de tourner la page et de vivre pleinement votre vie.

C’est le moment de vous mettre en chemin pour parvenir à tourner la page et choisir de vivre avec et malgré ce qui est arrivé il y a si longtemps.  

C’est le moment de vivre une démarche de « pardon ». De pardonner à la personne ou au système tout le mal qui vous a été fait.

Comment ?

Ø  Cette rancune que vous portez en vous, elle se situe où dans votre histoire ?

Ø  Qu’est-ce qui s’est passé ?

Ø  C’est quoi qui a été blessé en vous ? quelle qualité ? quelle aspiration ? quelle richesse ? (valeur, certitude, …)

Ø  Pourquoi est-ce que ça vous fait encore si mal aujourd’hui ?

-          Le premier pas est de revenir d’une manière différente à la racine de la rancœur. Pas pour réactiver ce qui vous fait mal, mais pour prendre le temps de regarder et de conscientiser ce qui s’est passé.

 

Ø  Arrêtez d’en parler à chaque fois que l’occasion d’en parler avec vos proches ou vos amis.

-          Ils ne peuvent pas vous aider à guérir. Ils peuvent être compatissants un moment, mais après, vous leur « cassez » les oreilles.

-          Faites le pas pour en parler à un  professionnel qui saura vous aider à démêler tout ce qui s’est mélanger en vous au fil des ans et vous guidera vers une cicatrisation de la blessure. (Il restera toujours la marque de la blessure).  

 

Ø  Ce positif qui a été blessé en vous au moment de l’impact, est-ce que vous le vivez à d’autres moments dans votre vie ?

-          Quand ?

-          Comment ?

-          Est-ce alors une raison pour continuer d’en vouloir à la personne ou au système ?

-          Comment pourriez-vous lui redonner ce qui lui appartient ?

 

Ø  Retrouver votre liberté de vivre, commencer à grandir autrement, ça vous apporterait quoi dans votre aujourd’hui ?

-          Ce besoin que justice soit faite passe par la récupération de votre liberté et de votre aspiration à vivre pleinement dans le moment présent.

 

Ø  La rancœur vous fait vivre une attitude que vous avez adoptée pour ne pas l’oublier.

-          Cette attitude, comment pourriez-vous la quitter ? Ce serait quoi pour vous que de vivre l’attitude inverse ?

-          Personne ne vous dit d’oublier ce qui s’est passé … vous pouvez par contre construire à partir de ce qui s’est produit.

Pardonner c’est commencer à vivre par-dessus. Par-dessus, cela veut dire en acceptant que soit inscrit dans votre sensibilité, dans votre corps une blessure réelle qui s’est cicatrisée.

C’est tourner la page sans renier ce qui a été. Vous pouvez commencer à vous mettre à la recherche des histoires de vie positives et à les relire pour activer le « flux sain » de vos pensées.

C’est vivre en choisissant d’être dans le moment présent et non pas prisonnier du passé.

crédits photos - freedigitals.com


Envie de réagir ? N’hésitez pas à laisser un commentaire ou à me contacter personnellement.

  

Je vous souhaite un bon week-end. A bientôt.

 

Publié dans Outils

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Bonjours ma situation est la suivante ,cela fais 1 ans que je suis en froid avec mon cousin (personne tres rancuniere ) que je connais depuis l'enfance ,on sait que lui comme moi qu'on ne se reparlera plus jamais de notre vie chose qui est sure et certaine suite a une embrouille ,que faire si on est amener a se croiser au sein de la famille ,ou ailleurs sachant que l'on se s'adresse pas la parole et que lambiance est tres froide ?
Répondre
C
Bonjour,
Pourriez-vous m'aider à guérir de la rancune que j'ai à l'égard de mon mari ? les faits date d'avant notre mariage mais depuis qu'on s'est marié s'est pour moi très difficile.
Répondre
A
Je suis en recherche de solution. J'ai bientôt 32 ans et je nourris une rancune auprès de ceux qui m'ont blessé. Je ne sais pas comment m'en sortir et j'en souffre énormément. J'ai ce qu'il faut pour être heureuse: un conjoint formidable, une belle maison dans un endroit qui me plait, mais je n'arrive à profiter. Je me sens tomber dans un cercle de souffrance. De plus mes cauchemars sont intenses la nuit et me projettent mes rancunes. Je ne sais plus quoi faire. C'est terrible et je me sens coupable de ne pas savoir profiter de ce que j'ai. C'est le serpent qui se mord la queue...
Répondre
M
Bonjour Audrey,
Tout d'abord, merci pour votre message. Je lis que la rancune que vous ressentez est un véritable frein vous empêchant de profiter pleinement de ce que vous avez actuellement dans votre vie.
D'un certain côté, vous nourrissez cette rancune et d'un autre côté vous essayez de l'éloigner en vous culpabilisant de vous sentir heureuse.
Un mariage assez destructeur.
Il y a des personnes dans votre vie qui vous ont blessé, vous ne pouvez rien y changer. Je sais, par expérience, que certaines blessures laissent des traces durables dans la vie et il est possible que ces blessures ne soient pas vraiment refermées.
Je vous propose, si vous le pouvez, de nommer ce qui a été blessé en vous, de prendre conscience de l'ampleur que cela a pris au fil des ans.
Ce qui a été blessé, vous pouvez en prendre soin, par exemple, pourquoi ne pas réhabiliter dans votre vie ce qui est, à vos yeux, "foutu" ?
Vous vous interdisez de vous sentir heureuse, de profiter pleinement de ce que vous avez, pourquoi ?
En vous l'interdisant, vous donnez du pouvoir à ces personnes qui vous ont fait du mal, c'est comme si vous leur donniez raison. Ainsi, elles reviennent régulièrement par le biais de vos cauchemars, augmentant votre malaise.
Est-ce que vous avez déjà exprimé votre colère vis-à-vis d'elles ? Exprimer, je veux dire, laisser se dire, en vous, tout ce que vous éprouvez envers elles ? Et, vous sentez-vous suffisamment forte pour leur dire que vous ne les laisserez pas gâcher le reste de votre vie et que vous allez leur "montrer" que malgré le mal qu'elles vous ont fait, vous allez vivre votre vie et vous épanouir auprès de personnes, qui, aujourd'hui, vous apprécient ?
Prenez soin de ce qui a été blessé en vous, parlez-en à votre conjoint s'il peut vous écouter. Si ce n'est pas le cas, parlez-en à quelqu'un en qui vous avez pleinement conscience et qui pourra vous aider à vous mettre debout face à vos oppresseurs.
Pouvoir en parler est un geste réparateur.
Une chose que vous pouvez également faire, c'est écrire une lettre à ces personnes blessantes, en osant leur dire tout ce que vous ressentez envers elles. Une fois fait, allez vous promener dans la nature, et dans un endroit qui vous plaît, lisez votre lettre à haute voix et brûlez-là en vous laissant ressentir tout le poids de cette rancune qui commencera à sortir de vous.
Ouvrez vos bras à votre vie actuelle et prenez la décision de vivre pleinement aujourd'hui en remerciant ce qui vous est donné.
Courage.
Bonne suite à vous.
Madeleine
F
Ben voyons...

Pourquoi serait-ce à ceux qui subissent les vexations et les humiliations de se taper en plus le travail de remise en question personnelle ?

Pourquoi ne serait ce pas plutôt à ceux qui en sont à l'origine de le faire ?

Cette société est bizarre. Les opprimés doivent désormais s'excuser de l'être, pendant que leurs oppresseurs croquent la vie...

Mon conseil : soyez rancuniers, et faites bien suer votre entourage si ce dernier est à l'origine de vos malheurs... !
Répondre
M
Bonjour Fred
Ce n'est pas tout à fait le sujet de mon article. Il y a 2 choses bien distinctes qu'il ne faut pas perdre de vue : les oppresseurs et les victimes. C'est vrai, ici je parle de la victime et je donne des pistes pour guérir de la rancune qui peut s'installer en soi.
Si vous avez été opprimé, vous n'avez pas à vous excuser auprès de votre oppresseur, qui, de plus, s'en fiche complètement et vous rirez au nez si vous le faisiez.
Par contre, plutôt que de ruminer contre ce qui vous est arrivé, d'attendre qu'une justice soit faite, qu'il lui arrive pire que ce que vous avez vécu, vous pouvez atténuer cette rage, cette colère, cette rancune qui vous ronge. C'est de cela qu'il s'agit.
La blessure qui vous a été infligée ne disparaîtra pas, les dégâts seront là, le souvenir ne s'envolera pas. Par contre, vous pouvez vivre avec plus de sérénité et garder la tête haute car le vainqueur alors ce sera vous et le perdant votre oppresseur.
Réfléchissez-y.
Bon week-end.
Madeleine
C
J'ai de la rancœur envers ma cousine depuis maintenant 5 ans à la base c'est parti d'une simple dispute sauf que depuis je n'ai jamais oublié ce qu'elle m'a fait je lui en ai voulu je pensais etre passer à autre chose mais malheureusement d'autres crasses envers moi ce sont cumulez et plus ça va moins j'arrive à passer au-dessus cela commence à pourrir ma vie et bien sûr quand nous sommes en famille j'ai beaucoup de mal à sourire...
Répondre
M
Bonjour Coralie,
Tout d'abord merci pour votre partage. Vous me dites que tout est parti d'une simple dispute. J'entends que cette dispute vous a fait du mal. A partir de là, vous vous êtes, en quelque sorte, blindée, mais vous n'avez pas oublié ...
Je vous propose de regarder comment vous pourriez revenir, avec elle, sur le déclencheur, sur cette dispute qui vous a blessée. Tant que vous gardez cela en vous, cela va agir comme un poison et la chance de retrouver une relation de soeur à soeur est compromise. Si cela vous semble trop dur, commencez par en parler à une personne qui peut vous écouter sans vous juger, sans vous raisonner, sans vous donner des conseils. Vous pourriez, ensuite, demander à cette personne d'être médiateur dans une rencontre avec votre soeur.
Parler, dire est un remède efficace. Pensez-y.
Bon courage et bonne suite dans votre vie.
Madeleine
P
cela semble si facile !
Répondre
M
Bonjour Paule,
Je n'ai jamais dit que ce serait facile car ce n'est pas le cas. Il est vrai que le fait d'écrire ou de lire semble donné à croire que c'est simple, "y'a ka" ...
Bonne journée
Madeleine
G
merci pur tous
Répondre
C
Pourriez-vous m'aider à guérir mon mari d une rancune qu il a contre mioi qui vient de se reveiller au bout de 45 ans et qu me rend très malheureuse. Merci
Répondre
M
Bonsoir
Difficile de vous répondre sans connaître ce que vous vivez. Prenez contact.
Madeleine
M
Je suis rancunière depuis mon enfance c'est une maladie et je n'arrive pas à pardonner. Il y a des choses que je veux oublier. J'ai une haine envers des gens qui m'ont fait du tors mais je parle avec certains d'entre eux. Le problème c'est que je n'oublie pas ce qu'ils ont fait. En fait, dès qu'il y a un événement qui me rappel les mauvais souvenirs, je ne veux plus leur parler ou sinon je me défoule sur eux. Je vis entre le passé et le présent et ça m'énerve ma santé en prend un coup. Douleur à l'estomac, au côlon, oreille qui chauffe quand les nerfs montent. Je suis du genre timide mais je suis rancunière, nerveuse, angoissée... C'est horrible le pire défaut qui existe c'est la rancune! Elle vous ronge de linterieur et nous empêche de vivre notre vie tranquillement. J'ai pensé à voir un psy mais je me dis que ça ne sert à rien car après je lui en voudrais. Il faut que je travaille ce défaut empoisonné pour l'éliminer complètement.
Répondre
M
Bonjour Mel

Tout d'abord, je suis touchée par votre histoire.
Vous êtes dans un cercle vicieux qui vous ronge et vous empêche de construire votre vie harmonieusement.
Vous dites que vous pensez à voir un psy, mais vous vous dites que ça ne servirait à rien.
Il y a un bout du travail que vous pouvez faire seule, mais le vrai travail commencera lorsque vous accepterez d'être accompagnée.
Les souffrances du passé se sont produites dans des relations qui étaient importantes pour vous, la guérison ne peut se faire que dans une relation différente.
Réfléchissez-y et avancez avec courage.
Madeleine
W
c est facile a dire ,c est logique mais le travail reste dur dur dur
Répondre