Le trouble : Un sentiment pas si agréable que ça

Publié le par processuscroissance--blog.com

Connaissez-vous cette expression : « Se sentir au milieu de nulle part » ?

Souvent employée pour exprimer un inconfort profond ou un malaise indescriptible elle traduit bien le trouble qui vous envahit.

Se sentir au milieu de nulle part … Ce n’est pas le nulle part qui est troublant, mais bien le milieu. Comment donner un « centre », un « sens »  alors qu’il n’y a ni début, ni fin ?

au-milieu-de-nulle-part.jpg

Ressentir le trouble, se sentir troublé ce n’est vraiment pas agréable.

C’est un peu comme si vous étiez isolé/e, seul/e au monde.

Vous aimeriez comprendre, savoir, et vous n’y arrivez pas.

Vous aimeriez être ailleurs mais vous ne savez pas s’il vous faut aller à droite ou à gauche.

Lorsque vous sentez le trouble vous envahir c’est un peu comme si vous perdiez tous vos points de repères. Plus rien n’est vraiment clair.

Le trouble, une émotion qui ne tourne pas rond

Vous êtes en pleine discussion avec des collègues et vous captez des regards par-dessus votre épaule. Vous êtes troublé/e car vous ne savez pas si on se moque de vous, si on vous juge, si on vous manipule ou simplement si un « coup tordu » contre vous se prépare.

Vous avez un entretien avec votre médecin ou votre patron. Tout se passe bien jusqu’au moment où vous pressentez qu’il ne vous dit pas tout. Ses paroles ses gestes cachent quelque chose. Vous sentez qu’il y a autre chose mais cela n’est pas nommé. Vous ‘être troublé/e.

Quelqu’un vous demande un service mais n’exprime pas vraiment ce qu’il attend de vous. Vous le demandez mais la réponse n’est pas claire. Vous n’arrivez pas à répondre affirmativement ou négativement. Le trouble que vous ressentez vous empêche de savoir ce que vous désirez.

Vous regardez un reportage et ce que vous voyez vous trouble profondément. Vous n’arrivez pas à mettre un mot sur ce que vous ressentez. Est-ce que c’est juste, est-ce que c’est faux, vous ne savez pas.

Il y a ainsi beaucoup de situations, apparemment sans fondements qui peuvent vous mettre dans un trouble plus ou moins profond.

Vous vous dites alors que « ça ne tourne pas rond », qu’il y a quelque chose de pas normal.

D’autres mots pour exprimer le trouble

ü Se sentir perplexe. Vos épaules, votre tête se balancent de droite à gauche. Un mmmmmmmh se murmure dans votre gorge.

Est-ce vrai, est-ce faux ? Est-ce ajusté, non ajusté ? Pouvez-vous faire confiance ou non ? Est-ce bon ou mauvais ?

Vous « balancez » entre une solution et une autre avec une énorme difficulté de vos prononcer.

ü Ressentir un inconfort intérieur plus ou moins profond.

Vous êtes bien et en même temps vous n’êtes pas bien. L’inconfort vous gêne mais vous ne savez pas comment faire pour vous sentir mieux. Au pire, vous ne savez même pas ce qui provoque cet inconfort … vous n’avez aucune idée de ce qui l’engendre.

ü Vous sentir embrouillé/e.

On dit souvent que nous avons le regard embrouillé, le regard qui se trouble. Cela peut également se produire au niveau de vos pensées, de la parole ou dans vos gestes.

Vous ne voyez pas clairement.

Vous ne pensez pas intelligemment.

Vous ne trouvez pas vos mots.

Vous n’arrivez pas à poser le geste qui traduirait votre pensée. …

Quelque chose se produit en vous qui vous met « sens dessus, sens dessous ». Comme si à l’intérieur de vous vous étiez entrain de faire une omelette.

ü Se sentir confus, confuse.

Vous pensiez bien faire et vous réalisez que ce n’est pas ce que vous vouliez faire.

Vous vouliez dire quelque chose mais vous dites le contraire de ce que vous pensez.

Vous aviez un schéma, une idée bien établie sur une chose et voilà que cela se révèle être le contraire. La confusion vous met mal-à-l’aise.

ü C’est un peu comme si vous étiez malmené/e.

Que ce soit par la vie, par les autres, par les évènements, ce sentiment d’être malmené fait partie de l’émotion rattachée au trouble.

Vous sentez bien qu’il y a quelque chose qui vous conduit nulle part mais vous ne savez pas où est le bon chemin.

Le trouble est une émotion à double visage.

Le premier est qu’il vous fait ressentir un inconfort intérieur.

Le deuxième est qu’il vous permet de ressentir votre besoin de vérité, d’authenticité.

De l’émotion désagréable à quelque chose de plus agréable

Personne n’aime vivre des émotions désagréables.

Le premier reflexe d’ailleurs est de se battre contre elles.

Il est nécessaire de conscientiser qu’en fait, les émotions désagréables sont des messages émis par votre sensibilité pour vous permettre de mieux les comprendre, de les apprivoiser pour aller vers quelque chose de meilleur.

Il est nécessaire de prendre en compte les 2 visages de l’émotion vécue.

Si vous ne ressentez pas le degré d’inconfort, vous ne ressentez pas vraiment l’inconfort ou alors vous le banalisez ce qui ne vous permet pas d’en faire quelque chose.

Si vous ressentez votre besoin de vérité, d’authenticité, alors vous pouvez agir directement au cœur de l’émotion pour qu’elle vous apporte autre chose que l’inconfort vécu.

Le trouble, c’est comme le doute. Vous ne pouvez pas y travailler en direct, lorsque vous êtes en plein milieu … au milieu de nulle part …

Entre nous … le petit plus du coach …

Il vous faut prendre, autant que possible, du recul. Regardez ce que vous vivez autrement.

Vous ressentez que vous êtes troublé/e

Ok

Ø Mais c’est quoi qui vous trouble ?

Ø C’est quoi qui sonne faux ?

Essayez de donner une réponse à ces questions la prochaine fois que vous vous sentirez perplexe, inconfortable, embrouillé, confus, malmené.

Vous verrez alors le trouble se dissiper quelque peu. Votre besoin de vérité, d’authenticité deviendra plus fort.

En agissant ainsi, vous vous aidez personnellement et vous aidez l’autre à mieux se situer. C’est le meilleur moyen pour ne pas vous retrouver au milieu de nulle part.

Participez vous aussi à l’enrichissement de ce blog

Cet article vous a-t-il apporté des pistes pour gérer vos émotions lorsque vous vivez un trouble ?

N’hésitez pas à partager sur ce blog.

Je vous retrouve avec plaisir dans 10 jours.


  Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article