Se sentir fatigué/e sans raisons

Publié le par processuscroissance--blog.com

Du lever au coucher du soleil

Aujourd’hui je vais vous parler d’un mal que nous connaissons tous et toutes à certains moments de notre vie.

Un mal qui en fait n’est qu’une émotion : la fatigue. 

fatigue.jpg

free digital photos

Je  rentre d’une semaine passée entre le Queyras, les Alpes de Haute Provence et la Savoie, dans des paysages absolument extraordinaires et sans ressentir cette fatigue qui surgit sans raisons, je me sens pleine d’énergie pour vous en parler.

Ce mal, je le connais bien. Il a été présent durant de longues périodes et il m’arrive encore de le ressentir alors que je me sens en- vie.

L’émotion « Se sentir fatigué » est synonyme de se sentir sans vie, sans en-vie.  

Se sentir fatigué : les symptômes

Il y a une fatigue normale et il y a celle qui est « anormale ».

C’est normal de se sentir fatigué si vous sortez d’une grippe, d’un virus qui vous a méchamment prit par surprise.

C’est normal d’être fatigué après une opération.

C’est normal de ne plus pouvoir avancer si vous venez de courir un marathon ou si vous venez de fournir un effort physique important.

Le corps a besoin de récupérer. Il vous dit stop et il refuse d’avancer.

Mais lorsqu’il n’y a rien de tout cela, lorsque vous venez de dormir en ayant le sommeil du juste et qu’en vous levant vous vous sentez plus fatigué que le soir précédent, alors il y a des questions à se poser.

Lorsque vous n’avez qu’une envie, celle de ne rien entreprendre, de vous réfugier dans le silence, de ne plus bouger alors que la vie s’invite pour être mordue à pleine dent, il est bon de décoder ce qui se passe en vous.

ü Vous pouvez vos sentir las.

Tout ce que vous devez faire vous semble être difficile. Les forces vous manquent.

Il vous semble que vous n’arrivez pas à vous mettre debout.

ü Un autre sentiment un peu différent : vous sentir  sans élan. C’est différent que las.

Etre sans élan vous empêche de faire quoi que ce soit. C’est un peu comme si vous aviez une balle entre les mains et lorsque vous essayer de la lancer elle tombe simplement à vos pieds.

Même les plus petites choses semblent demander un effort surhumain.  

ü Vaquer à vos occupations, honorer vos engagements, vivre vos responsabilités tout cela en étant  indifférent/e.

C’est un peu comme si vous agissez en dehors de la réalité.

Vous n’avez pas de prise sur le moment présent, vous n’êtes pas dans le moment présent.

Où êtes-vous ? Ici et pas là.

Vous passez à côté des choses sans les voir.

Vous entendez sans entendre.

Vous goûtez aux choses sans ressentir le goût qu’elles ont.

Vous vous sentez lisse, sans relief, sans émotions particulières.

ü Dans le même mouvement, vous pouvez également vous sentir  inerte.

« Avoir l’impression d’être un zombie ».

Une amie me disait un jour : « Ce que je ressens, c’est comme si j’étais morte mais que je le sais pas et que je continue comme si j’étais encore en vie ».

C’est une sensation désagréable car elle nous oblige à nous vivre comme en étant vivant mais sans ressentir la vie.

ü Se sentir impuissant, impuissante.

Une autre manière d’être saisi/e par cette fatigue qui survient sans raison.

Ce n’est pas une impuissance que vous pourriez ressentir face à une situation, un évènement qui vous touche en plein fouet.

C’est une impuissance qui se fait ressentir lorsque vous tentez de vous dépasser, lorsque vous sentez que vous pourriez en faire plus et que vous n’êtes pas face à une de vos limites.

ü Se sentir dépassé/e.

Les choses vont trop vite. Tout tourne autour de vous et vous avez le sentiment de ne plus pouvoir réfléchir, de ne plus rien comprendre.

D’ailleurs il y a une expression qui traduit bien cette émotion : « Je me sens dépassé/e par ce qui se passe ».

Ce sentiment vous fait alors ressentir à quel point tout vous fatigue.

ü Etre endormi/e, mou, ramolli/e, éteint/e.

Votre corps, vos pensées, votre capacité à agir … tout semble se mettre au ralenti, un peu comme si vous aviez pris un somnifère avec votre café du matin.

Vous ne ressentez plus la force, vous n’êtes plus dans le dynamisme de vie.

ü Vous vous sentez saturé, saturée.

Il y a un trop … tout est trop …

C’est un peu comme si tout mouvement autour de vous vous donnait des hauts le cœur, proche de la nausée.

Il y a trop de bruit … trop de lumière … trop de paroles … trop de mouvements … trop de tout

ü Vous pouvez également vous ressentir lourd, lourde.

Votre corps est lourd.

Vos muscles sont lourds.

Vos mouvements sont lourds.

Vous avez le sentiment d’être changé/e en pierre.

ü La fatigue peut vous conduire à vous sentir rompu/e, cassé/e.

Cela survient souvent lorsque vous venez de vous « battre » dans une situation difficile.

Lorsque vous avez tenté de « tenir le coup » sur une longue période sans écouter les forces de votre corps.

La fatigue s’abat alors sur vous et vous donne cette impression que vous êtes rompu/e, cassé/e avec qu’une envie, vous coucher.

La fatigue se décline ainsi dans des symptômes différents.

Elle peut être de courte durée (moins de 24h) ou s’installer pour une plus longue durée (2-3 jours).

Au-delà, elle peut devenir dangereuse.

Détecter ce qui déclenche les moments de fatigue « anormales »

Si la fatigue que vous ressentez n’est pas d’ordre physique, suite à une maladie ou un effort passager, posez-vous la question : « suis-je entrain de vivre une fatigue émotionnelle ? »

Autrement dit : une fatigue psychologique.

Lorsque vous vivez une fatigue « normale », le mieux que vous puissiez faire est de vous reposer.

Lorsque vous vivez une fatigue « anormale », le pire que vous puissiez faire est de vous reposer.

Entre nous … le petit plus du coach …

Pourquoi est-ce pire si vous essayez de vous sentir mieux en vous reposant ?

La fatigue psychologique est sournoise.

Elle a le visage d’une fatigue « normale », saine. Donc le réflexe serait d’aller vous coucher. Mais au réveil vous réaliserez que vous êtes toujours aussi fatigué.

En nommant exactement ce que vous ressentez dans la manière dont la fatigue s’inscrit en vous (sans élan – endormi/e – inerte – las - …) posez-vous les questions suivantes :

Ø Qu’est-ce qui s’est endormi en moi ?

Ø Qu’est-ce qui n’est plus ou peu vitalisé en moi ?

Ø Est-ce que je connais parce que déjà vécu cette forme de fatigue ?

Ø Qu’est-ce qui l’a alors déclenchée ?

Essayez de donner une réponse à ces questions la prochaine fois que vous vous sentirez fatigué/e sans raison

Ø Si vous avez le sentiment que c’est quelque chose qui s’est endormi, essayez de percevoir comment vous pouvez le réveiller en douceur avec une certaine fermeté.

Ø Si vous avez le sentiment qu’il y a quelque chose qui n’est plus vitalisé, regardez ce que vous pouvez faire pour vous vitaliser à nouveau, pour vous ressourcer, pour recharger vos batteries.

Ø Si vous détectez que c’est quelque chose que vous connaissez bien, regardez du côté de vos aspirations, celles que vous n’avez pas pu vivre, celle que vous avez ignorées et cherchez comment vous pourriez les actualiser aujourd’hui.   

Participez vous aussi à l’enrichissement de ce blog

Cet article vous a-t-il apporté des pistes pour différencier ce qui est de l’ordre d’une fatigue « normale » ou une fatigue psychologique ?

N’hésitez pas à partager sur ce blog.


  Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !

Commenter cet article

Yu 25/07/2015 20:50

Bonsoir,

Je suis tombé sur cet article, ma foi fort sympathique suite à une recherche google.
Je pense aussi être atteint d'une fatigue psychologique, depuis quelques années, il y a des moments où je me sens "vide", sans sentiments ou émotions et cela ne fait peur. Moi qui ait pour habitude de penser, réflechir tout le temps, des fois, je ne pense plus à rien, je n'envie rien, aucun sentiment vis à vis de quelque chose en particulier... Est ce que c'est normal, n'est ce qu'un ras-le-bol général?

Passez une bonne soirée

Yu 26/07/2015 11:55

Bonjour,

Bien que je reste persuadé que ce soit une fatigue anormale, il est vrai que j'ai du mal à vivre "de façon spontanée"... Je vous remercie pour vos conseils que j'essaierai d'appliquer. Il faudrait que j'arrive à me connecter au moi intérieur, mais je ne vois pas encore comment ^^'

Passez une bonne journée :)

Madeleine Moreau 26/07/2015 09:45

Bonjour Yu
Des moment où on se sent "vide", sans ressentir d'émotions particulières, cela arrive sans que l'on sache pourquoi et sans, forcément, se dire qu'il s'agit d'une fatigue "anormale". Vous me dites que vous avez pour habitude de penser, réfléchir tout le temps ... et si vous c'était une manière à votre tête de vous dire qu'elle n'en peut plus, qu'elle a besoin de se mettre au vert ?
Je vous suggère de prendre des temps de repos qui vous permettrait, non pas de réfléchir et de penser, mais simplement de vous vivre dans le moment présent, d'accueillir ce qui est là, accessible à vous et de laisser la vie vous toucher ?
Comme nous sommes dans la saison estivale, pourquoi ne pas commencer à vivre des "20mn" ou vous vous donnez le droit de ne rien faire ? Juste de regarder ce qui est autour de vous ...
Vous connecter à votre moi profond suffira à chasser cette sensation de vide et vous permettra de vous remplir intérieurement autrement. C'est ce que je vous souhaite.
Bonne journée
Madeleine

Lisou 03/07/2015 20:56

Bonsoir,

Je viens de tomber sur votre article qui m'a interpellé parce que je me suis sentie concernée. Vidée.

Depuis quelques temps, ce qui me pèse, c'est cette sensation de ne pas savoir qui je suis, quels sont mes goûts à moi, est-ce que j'aime réellement ce que je vois ou est-ce que c'est parce qu'on m'a tellement imposé de choses depuis petites que je sais plus

En ce moment, tout me fatigue, tout me semble lourd, même rire me fatigue. Je n'y arrive pas. C'est comme une lutte intérieur car habituellement je suis de nature joviale et positive.

Je ressens un conflit intérieur car c'est comme si je sais ce qui me rend triste et en même temps j'ai peur ou je me force à accepter quelque chose que mon corps ne veut pas que je vive

Le coeur et la raison. Et en me lisant, je me rends compte que je ne sais pas lequel des deux j'écoute en ce moment.

Passez une belle soirée

Madeleine Moreau 06/07/2015 08:37

Bonjour Lisou,
Tout d'abord, merci de donner votre témoignage.
Oui, vous décrivez très bien une fatigue qui n'est pas normale et qui ne vous permet pas de vous appuyer sur une force intérieure. Votre conflit intérieur est difficile à vivre.
Je ne sais pas si vous êtes accompagnée pour traverser cette période difficile. Si ce n'est pas le cas, je ne puis que vous suggérer de demander une aide extérieure, une aide qui vous aidera à vous retrouver, à retrouver votre jovialité et votre regard positif.
Cela ne reviendra pas du jour au lendemain, mais petit à petit et alors, vous pourrez regarder en face cette fatigue et vous pourrez remettre à sa place votre joie de vivre.
C'est ce que je vous souhaite de tout coeur,
Passez, au mieux, un bel été.
Madeleine

NZ 22/10/2014 12:46

Bonjour, je tombe à l'instant sur cet article après une recherche google, c'est le premier lien sur lequel je clique et... MERCI !
Au fur et à mesure de la lecture, vous mettiez des mots clairs et précis sur des "sensations" que j'avais, sans vraiment savoir comment les décrire.
Qu'en est-il de cette conclusion? Il y a effectivement quelque chose en moi qui s'est "endormie" depuis 2/3ans... je sais ce que c'est... mais jamais je n'avais fait le rapprochement entre mes périodes de fatigue (que j'assimilais plus ou moins à de la déprime), et cette chose endormie au fond de moi, et toutes ces aspirations qui se sont plus ou moins dérobées sous mes pieds...
Je lis cet article en ayant les yeux rougis par cette fatigue sournoise qui me pousse à me coucher et devenir une "larve"... je sais bien, comme vous le dite, que je serais tout aussi fatigué à mon réveil...
Donc non, je ne me coucherais pas.
Je vais travailler sur moi même afin de reprendre ce que j'ai lâché il y a quelques années. Je sais maintenant que c'est la réponse à mes interrogations.
Merci d'avoir dépoussiérer ce petit truc posé dans un coin de moi même, comme un bibelot auquel on ne prétait plus attention. Je vais faire un petit ménage maintenant ;)

Bien à vous ;)

Madeleine Moreau 23/10/2014 10:52

Bonjour,
Merci pour ce témoignage qui montre à quel point la fatigue psychologique peut freiner l'élan de la vie.
De tout coeur, je vous souhaite de retrouver ce dynamisme fondamental qui vous permettra de faire revivre cette partie de vous qui s'est endormie.
N'hésitez pas à demander de l'aide si vous en ressentez le besoin.
Courage.
Madeleine

laeti 18/07/2014 17:43

"le pire que l'on puisse faire se reposer" voilà ce que je ressens je m'allonge et cette sensation de lourdeur du corps dont vous parlez est encore plus pesante quand je me relève...

Madeleine Moreau 18/07/2014 17:48

Bonjour Laeti,

Oui, nous croyons que le mieux est de nous reposer, que nous serons moins fatigué et comme tu le dis, c'est le contraire qui se produit.
Il est donc important de regarder ce qui peut te vitaliser, t'aider à te rejoindre dans le moment présent, avec ta fatigue et au-delà de la fatigue.
Courage.
Madeleine