Tout contrôler ou s’assurer que tout va bien, que tout ira bien

Publié le par processuscroissance--blog.com

J’aime beaucoup lorsqu’il y a réaction, inter-réaction.

Mercredi je vous parlais du comportement qui consiste à vouloir TOUT contrôler.

C’est un fait, lorsque ce contrôle cache le besoin de TOUT maîtriser, il devient néfaste pour la personne qui le vit et pour son entourage.

Il  peut y avoir également un contrôle qui est POSITIF.  

Tout-doit-bien-fonctionner.jpg

Il me semble important d’en parler un peu plus largement.

En dialoguant avec des amies qui avaient lu mon article, le mot « contrôle » a souvent été prononcé.

L’une d’entre elle m’avait envoyé un courriel (que je n’avais pas vu) pour m’avertir que les routes étaient verglacées, qu’un accident s’était produit dans ma région et qu’elle espérait que je pourrais prendre la route sans risques. Elle a été étonnée que je ne réponde pas. Est-ce qu’elle vivait un besoin de contrôle ?

Bien sûr que non … elle se souciait de moi qui allais affronter une météo plutôt défavorable.

L’autre amie qui a sa maman qui est malade est en lien avec ses frères et sœurs qui vont chez elle chaque jour pour S’ASSURER que tout va bien. D’une certaine manière, il serait normal de dire qu’ils vont contrôler pour voir si elle a pris ses médicaments, si elle a mangé, si elle est bien …

Ce n’est pas vivre un comportement de contrôle. C’est simplement se soucier que tout va bien.

Le risque : penser qu’on vit un fonctionnement aliénant

Ecrire quelques lignes pour parler d’un fonctionnement, d’un comportement comporte un risque : celui de voir des lecteurs, des lectrices qui prennent le contenu pour une vérité d’Evangile.

Surtout si l’article touche quelque chose que nous sommes entrain de vivre !

Lorsque vous lisez un article, quel qu’il soit, et si celui-ci aborde un sujet qui vous touche de près, la première chose à faire est de PRENDRE DU RECUL.

Ø Ce que vous lisez, est-ce conforme à ce qui est décrit ?

Ø Ce que vous lisez, est-ce EXACTEMENT ce que vous vivez ?

Ø Si ce n’est pas le cas, comment diriez-vous les choses ?

Vous poser ces questions peut vous permettre de rectifier, de percevoir que vous vivez quelque chose qui ressemble à … mais qui n’est pas tout à fait pareil.

Contrôle ou se Soucier ?

Voici deux exemples qui peuvent être vécu :

Des parents font face à l’étape difficile de leur adolescent. Celui-ci se met à boire lorsqu’il se retrouve avec des amis, refuse de s’adapter aux limites imposées, coupe le dialogue avec ses parents.

Les parents cherchent à adopter une attitude qu’ils jugent bonne pour canaliser la crise.

Dans le comportement consistant à vouloir tout contrôler, les parents vont forcer la porte de l’intimité de leur adolescent. Il sera alors surveillé, épié, suspecté, etc.

Ses messages seront lus, sa chambre passée au peigne fin, ses poches retournées à la recherche de l’indice indiquant qu’il outrepasse les règles, qu’il fil du mauvais coton.

Dans le comportement consistant à se soucier d’un passage harmonieux entre l’étape de l’enfance et l’entrée dans la vie adulte, les parents peuvent agir de la même manière … mais de manière plus douce, c’est-à-dire sans forcer la porte de l’intimité.

Les messages ne seront pas forcément lus, l’attention sera portée sur les émotions, le possible retrait de la sensibilité, les signes d’un repliement ou d’un retrait social …

Sa chambre ne sera pas fouillée à la recherche d’un indice, ses poches ne seront pas retournées mais il y aura une attention sans doute un peu plus appuyée.

Les parents entrent dans une attitude où ils se soucient de la croissance et de l’évolution de leur adolescent. Ils connaissent les dangers qui peuvent survenir et ils restent présents.

Le deuxième exemple concerne la situation où il est question d’un parent âgé qui perd peu à peu son autonomie.

Il y a un contrôle positif qui est à vivre. Surtout lorsque le risque est accru par une défaillance neurologique.

Il devient alors tout à fait normal de se soucier et de contrôler si les médicaments sont pris régulièrement, si le frigo ne contient pas d’aliments avariés, si les rendez-vous sont suivis, etc.

Il serait « anormal » de se comporter envers le parent comme s’il s’agissait d’un enfant et de contrôler tous ses faits et gestes, ses déplacements, ses actions.

En conclusion

Ce qui vous pousse à agir, à contrôler n’est pas forcément une mauvaise chose.

Si ce n’est pas le besoin de vouloir garder une maîtrise sur ce qui pourrait vous échapper, le contrôle peut être bénéfique pour dire à l’autre que vous vous souciez de lui.

Je vous souhaite un excellent week-end  et je vous dis à bientôt.


 

Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article