Trois femmes, trois histoires

Publié le par processuscroissance--blog.com

L’avenir s’inscrit en gris ou en couleur

 Bresil-1-074.jpg

Sylvie est une jeune femme pleine d’entrain avec dans le cœur des ambitions de carrière très grandes.

Elle est intelligente. Elle sait ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas.

Elle a terminé son cursus universitaire il y a 3 ans.

Depuis, elle est en recherche d’emploi.

Elle ne trouve rien. Tous ses entretiens échouent.

Trop formée pour les uns, sans expérience pour les autres, les portes se ferment sur ses ambitions.

Sylvie se heurte quotidiennement à un problème de taille : Elle n’a pas confiance en elle, elle n’a pas confiance en ses capacités.

Alors elle fait des « petits boulots », histoire de survivre en attendant que la chance soit au rendez-vous.

En semaine elle travaille dans un supermarché. Le week-end elle donne un coup de main à la brasserie située juste en bas de son immeuble.

Ses loisirs elle les passe à faire et refaire des lettres de demande d’emploi. Elle les envoie en sachant d’avance qu’elles finiront dans la pile des « non conformes à la demande ».

***********

Isabelle est très différente de Sylvie. De nature réservée, un peu timide, elle n’a pas d’ambitions particulières.

Elle a également terminé son cursus universitaire il y a 3 ans.

Dès la fin de ses vacances, elle a trouvé un emploi dans l’administration communale et vient de recevoir une promotion importante.

Reconnue pour ses capacités relationnelles elle met sur pied des évènements importants.

Isabelle est très performante. Pourtant, chaque matin elle vit un regret énorme : Elle ne fait pas ce qui lui tient à cœur.

Elle rêvait d’un poste qui lui permettrait de mettre à profit ses connaissances de juristes et de psychologie. Pas d’un poste consistant à créer des évènements.

Peu à peu elle tente de s’identifier à la personne qu’elle représente pour les autres. Quelqu’un de réservé, de suffisamment sensible pour réussir là où il est nécessaire de savoir mettre de l’eau dans son vin pour réussir.

Elle a un travail où elle ne peut pas actualiser tout son potentiel. Pour ne pas en souffrir, elle a arrêté de croire qu’un jour cela lui serait possible.

 ***********

Valérie a suivi le même cursus universitaire que Sylvie et Isabelle.

A la fin de son cursus elle a prit la décision de s’orienter vers ce qui la passionnait : l’art plastique.

Jusque là, elle avait vécu ses études pour faire plaisir à ses parents, pour leur donner la fierté qu’ils attendaient.

Sa licence en poche, elle a réalisé qu’elle ne serait jamais heureuse si elle allait dans les directions possibles données par ses études.

Elle n’était pas faite pour vivre sa vie dans un bureau, dans une société multinationale.

Elle n’était pas faite pour étudier des dossiers et défendre des intérêts.

Elle avait besoin de liberté.

Elle avait besoin de créer.

Elle avait besoin d’autonomie.

***********

Trois portraits, trois histoires posées sur un même support.

Trois vies différentes.

Mais, pourquoi est-ce que je vous les présente aujourd’hui ?

Je rencontre souvent des personnes qui ont le même cursus d’études et qui travaillent dans des secteurs où elles ne s’épanouissent pas, où elles ne trouvent pas la passion dans ce qu’elles font.

Je rencontre des personnes qui ont fait des études parce qu’elles étaient intelligentes mais qui auraient bien voulu faire autre chose dans leur vie.

Je rencontre des personnes qui ont commencé des études et qui se sont dirigées dans des voies très différentes.

Ce sera l’occasion dans de prochains articles d’y revenir, de nous approcher de ces situations de vie qui peuvent vous ressembler.

Si vous aussi vous vous retrouvez dans une des histoires décrites ci-dessus, pourquoi ne pas en dire quelques mots dans un commentaire ? N’hésitez pas, votre témoignage peut aider d’autres personnes à prendre conscience qu’elles ne vivent pas tout leur potentiel.

A très bientôt.


 

 

Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

 

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !

Commenter cet article