Un « cinq étoiles » dans le désert

Publié le par Madeleine Moreau

Le luxe à l’envers

Me voici de retour.

Je viens de vivre une aventure extraordinaire et j’ai «  l’en-vie » de vous partager un peu l’essentiel de cette aventure.

marcher-dans-le-desert.jpg

Je ne sais pas si vous avez déjà vécu l’expérience du désert, le vrai désert, là où il n’y a rien – des dunes à perte de vue,  du sable et encore du sable, l’horizon et le ciel.

Il n’y a rien qui puisse avoir une quelconque ressemblance avec nos vies trépidantes, avec ce qui constitue nos habitudes, et, plus loin que nos habitudes, notre manière de vivre.

Il n’y a rien et il y a tellement plus que ce que nous avons !

arbre-et-desert.jpg

C’est la raison du sous-titre et c’est ce qui donne toute la valeur au titre de cet article.

Voici pourquoi :

Un accueil plein d’humanité

Nous avons roulé durant plusieurs heures sur les pistes avant d’arriver au campement qui allait être notre résidence de luxe durant une semaine.

Les chauffeurs nous ont déposé et sont repartis, l’aventure ne faisait que commencer.

Les cuisiniers, le chamelier, le garant d’eau et notre guide (celui-ci nous avait déjà accueillis à l’aéroport)  nous ont accueillis en nous servant le traditionnel thé à la menthe.

Nous avons fait connaissance : juste le prénom, un sourire, un regard bienveillant – l’essentiel, pas plus que ce qu’il faut pour nouer les liens qui allaient se renforcer au fil des jours.

Pas besoin de demander s’il y avait des prospectus à disposition, des boutiques, des boîtes de nuit …

Tout était là, devant nous : une tente pour la cuisine, une tente pour les repas, une tente pour la « douche », une mini tente pour les commodités, quelques tentes igloos pour dormir et deux dromadaires. – le luxe à l’envers.

L’importance de l’eau

Dans le désert, ce qui est le plus important, ce qui est constitue une richesse énorme, c’est l’eau.

De l’eau minérale avait été amenée pour que nous puissions nous désaltérer durant toute la durée de notre séjour.

L’eau du puits allait être utilisée pour la cuisine et pour notre hygiène. Chaque jour, notre garant d’eau allait chercher l’eau quotidienne au puits qui se trouvait à 4h de marche ou à 45’ en 4/4 (50l – vous l’avez deviné, il allait les chercher avec son 4/4)

50 litres pour 15 personnes … cela veut dire que nous avions à disposition 1 litre par jour pour prendre notre douche !  Autant pour nous laver les mains avant les repas. Le reste pour préparer les repas et pour la vaisselle.

Je ne sais pas si vous vous imaginez ce que cela peut provoquer : nous avons tellement l’habitude de tourner le robinet pour voir l’eau arriver, que la simple constatation d’avoir si peu d’eau, remue d’entrée notre sensibilité. – Comment allons-nous y arriver ?

Cela ne dure que quelques secondes. Très vite nous nous rendons à l’évidence, nous sommes dans le désert, pas chez nous !

L’eau devient alors un luxe qui nous est offert.

La coupure avec ce qui nous est indispensable en temps « normal »

Pas d’électricité oblige à se réguler sur l’horaire solaire. Lever juste avant celui de l’astre, coucher lorsque les bougies s’éteignent.

Départ pour la marche lorsque le soleil inonde la première dune  du campement, retour lorsque notre ombre rejoint nos pieds – et que la température fréquente les 45° …

Ce n’est pas compliqué.

Alors, j’ai décidé d’enlever ma montre, de vivre au rythme des nomades Berbères.

Une belle expérience, à partir de pas grand-chose, mais qui a l’avantage de laisser le temps au temps.

Des repas simples mais équilibrés et pleins de saveurs

Un retour vers un essentiel qui a tendance à se perdre dans nos vies urbaines.

Le temps de manger, de ressentir toutes les saveurs, tout le goût des légumes, des fruits, du pain qui vient d’être cuit sur la chaleur du sable et sous la braise.

Chaque jour nous avions du pain frais, cuit selon la méthode Berbère. Un luxe auquel je ne m’attendais pas.

dromadaire--mon-vehicule.jpg

Cinq étoiles pour le campement et des centaines de milliers dans le ciel

C’est avec cette image que j’ai retrouvé ce que nous nommons « la civilisation ».

J’ai vécu une semaine dans un :  ***** et lorsque nous avons retrouvé l’effervescence urbaine, il m’a fallu un moment pour retrouver tous les sens que j’avais déposé à l’entrée du désert.

Le soleil continue de briller, les étoiles s’accrochent dans la nuit noire, mais cela n’a pas le même goût.

papillon-dans-le-desert.jpg

L’importance de goûter aux choses simples

Vous partager, en quelques lignes mon vécu de la semaine,  s’accompagne d’une invitation que je vous propose d’accepter.

Durant cette semaine, vous allez vivre plein de choses. Certaines seront bonnes, d’autres un peu moins – c’est la vie –

Ø Portez votre attention sur les choses simples.

Cela peut être dans la manière dont vous regardez les autres, le comment vous souhaitez un BON JOUR, un sourire, une poignée de main.

Ça pourrait être également une prise de conscience sur votre consommation d’eau, lorsque vous vous lavez les mains, lorsque vous prenez une douche … et si demain, vous n’aviez plus qu’un litre pour cela ?

Vous pouvez également prendre le temps de regarder tout ce qu’il y a de beau autour de vous, d’oublier de consulter votre montre ou de vous précipiter pour lire vos messages ou envoyer un sms … vous réserver des « micros carpe diem » (J’ai vraiment pris conscience de cette méthode possible dans ma vie durant cette semaine, c’est pourquoi je vous la rappelle).

Prenez le temps de déguster ce que vous mangez, de ressentir les saveurs, le goût des choses.

Vivez le moment présent comme si c’était quelque chose de nouveau qui vous était offert à chaque instant.

J’ai eu la chance de vivre cette aventure du désert, vous n’avez pas eu cette chance, mais vous pouvez créer dans votre vie un « micro climat » qui vous permettrait de goûter au bonheur du luxe à l’envers.

coucher-de-soleil-dans-le-desert.jpg

Je vous souhaite une excellente journée. A bientôt.


 Est-ce que cet article intéresserait vos amis ? Dites-leur qu'il existe !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !


N'ayez pas peur de donner votre avis :
Vos commentaires sont précieux, n’hésitez pas à réagir si cet article vous a interpellé. Merci d’avance.

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article