Vivre en relations

Publié le par processuscroissance.over-blog.com

Osons vivre nos relations sans nous cacher

derrière le masque de l'indifférence

 

Les relations tiennent une place importante dans notre vie. Que nous le voulions ou non elles ont un impact non négligeables sur notre perception du monde.

Il y a la famille, notre premier noyau relationnel. Nous y expérimentons les formes d'affinités, l'expérience des tensions, voir parfois, des conflits.

Il y a les amis. Une appellation que nous donnons généralement à toutes les personnes que nous aimons bien, surtout à celles qui nous apportent une réponse à nos besoins. Peu à peu, nous y apportons des nuances. Ces amis se changent ainsi en connaissances, en collègues ... La relation change, le rapport à l'autre n'est plus le même.

Il y a le voisinage. Ceux avec qui nous aimons nous arrêter pour dialoguer, ceux que nous fuyons, ceux que nous ignorons.

Il y a les personnes avec qui nous travaillons, que ce soit au niveau professionnel ou dans un engagement social, politique, sportif.

Il y a le réseau plus impersonnel auquel nous faisons appel lorsque nous en avons besoin : médecins, administration ...

 

A y regarder de plus près nous sommes insérés dans un réseau social important.

 

Vivre en relation tout en étant soi et avec l'autre ... tout un art à développer.

 

  • Etre en relation avec soi-même est le premier pôle à développer en vue d'une bonne communication avec l'autre : Comment est-ce que je vis les différents aspects de moi et sont-il en cohérence avec qui je suis ?

Pour imager ce pôle, regardons la relation suivante : Noémie vient d'apprendre que le poste qu'elle convoitait lui est attribué. Elle a envie de le partager à sa meilleure amie, Isabelle. Lorsqu'elle la rencontre, Isabelle se plaint de son travail, rien ne va plus. Noémie essaie de la "consoler" en lui disant que ce n'est pas facile pour tout le monde. Elle va jusqu'à "enlaidir" son poste de travail. Pour elle aussi ce n'est pas toujours facile, les chefs ne comprennent pas, l'ambiance n'est pas au beau fixe, etc.  Agissant ainsi, elle croit remonter le moral de son amie. Elle envoie des messages contradictoires pour elle tout d'abord; c'est-à-dire qu'elle renie la joie de sa promotion; à son amie ensuite qui ne comprendra pas pourquoi elle ne lui a pas partagé cette bonne nouvelle.  Ainsi, une confusion peut s'installer dans la relation.

 

  • Etre en relation avec l'autre tout en se respectant est le deuxième pôle.

Dans l'exemple cité ci-dessus, Noémie ne s'est pas respectée. Elle aurait pu écouter Isabelle, entendre que pour elle c'était difficile et lui partager le bonheur de sa promotion.

 

  • Connaître et/ou reconnaître le mode de relation que nous désirons établir est également important.

Quel est le lien que j'ai avec l'autre ? Les collègues de travail ont-ils besoin de savoir ce que j'ai fait durant le week-end ? Est-ce que je partage les mêmes choses avec les personnes les plus proches et avec les voisins ? Est-ce que je vis avec mon thérapeute le même lien qu'avec un/e ami/e ?

Il apparaît dans ces quelques questions que nos ne vivons pas de la même manière nos relatons affectives, professionnelles, amoureuses ... D'où l'importance de décoder le type relationnel qui se présente.

La communication se vivra ainsi avec plus d'authenticité et moins de dépendance.

 

Publié dans Archives 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article