Vos émotions

Publié le par processuscroissance--blog.com

Amies ou ennemies elles font parties de votre vie

Les émotions tout comme les sentiments qu’elles engendrent ne sont pas toujours vues comme des amies dans notre vie.

nostalgie.jpg

Un exemple :

Ressentir de la colère face à une injustice, ou de la colère parce que quelque chose nous déplaît, ne nous convient pas nous fait vivre des sentiments différents.

Dans le premier cas, nous pouvons vivre un sentiment d’impuissance, dans le deuxième un sentiment de frustration que nous ne parvenons pas à gérer. La première sera plus facile à voir en elle une amie car elle nous montre une facette de nos valeurs. La deuxième sera plus difficile, par le fait qu’elle touche quelque chose que nous n’aimons pas, à savoir la frustration.

 Peut-on gérer ses émotions ?

Il est courant de chercher à réprimer ses émotions (surtout celles que nous percevons comme mauvaises)  : trac, colère, tristesse... ; pour ne pas se laisser déborder par elles. Mais on échoue souvent à vouloir les dompter.

 « On ne peut pas mettre le vent en cage », dit le proverbe. De même, on ne peut totalement contrôler ses émotions..

Peut-on alors « se servir » de ses émotions, en utiliser la force sans se faire emporter ou dominer par elles ?

Tout un courant de la recherche contemporaine en psychologie, tant fondamentale que clinique, s'attache à réfléchir à ce point...

Les émotions et leur raison d’être

On ne peut pas ne pas ressentir d'émotions et ne pas être influencé par elles.

L'humain, comme tous les mammifères, est équipé de série d'un logiciel de réactivité émotionnelle : nous n'avons pas besoin d'apprendre la peur ou la colère, mais l'environnement nous apprendra par contre de quoi avoir ou non peur, sur quoi nous mettre ou pas en colère, etc.

Le déclenchement des émotions est automatique : seule leur régulation est sous le contrôle relatif de notre volonté.

Les émotions représentent ainsi une forme d'intelligence préverbale et préconsciente.

Elles sont des structures préparées de réponses, intervenant de manière automatique dans les processus adaptatifs.

Depuis Charles Darwin, nous savons que nous disposons d'une gamme d'émotions dites « fondamentales » : colère, tristesse, joie, honte...  qui sont innées et universelles, et remplissent une fonction adaptative précise.

 

Emotions fondamentales et humeurs dérivées

Emotions fondamentales

Déclencheur

Fonction de l’émotion

Emotions dérivées

Fonction des émotions dérivées

Colère

Frustration actuelle

Intimider les adversaires éventuels pour économiser un conflit

Irritabilité, agacement, hostilité, « mauvaise humeur » …

Dissuader les interactions potentiellement conflictuelles (« ne me cassez pas les pieds aujourd’hui »)

Tristesse

Perte

Attirer aider, soutien et empathie alors qu’on est en détresse

Spleen, mélancolie, nostalgie, morosité

Signaler au sujet l’existence d’un problème dans son quotidien (pas forcément conscient ou accepter)

Peur

Danger actuel ou potentiel

Amplifier les réactions adaptatives (combat, fuite ou immobilisation) face à un danger avéré

Inquiétude, anxiété, sentiment d’insécurité …

Augmenter la vigilance pour mieux surveiller l’approche d’un danger éventuel

Joie

Succès, reconnaissance

S’auto-récompenser,  renforcer le lien avec les autres

Bonne humeur, plaisir, satisfaction, soulagement

Augmenter créativité, altruisme et motivation à agir

Honte

Echec social

Se faire oublier

Embarras, gêne, culpabilité

Eviter dans l’avenir une nouvelle confrontation à la situation

Seules l'expression et la modulation de ces émotions mais non leur existence dépendent de l'environnement.

Source : http://www.scienceshumaines.com/peut-on-gerer-ses-emotions_fr_14545.html#

Refouler ses émotions n’est pas sans conséquences dans votre corps, dans votre santé.

Troubles gastriques, ulcères, douleurs lombaires en sont quelques symptômes.

Oser exprimer ses émotions apporte un certain confort. Attention, lorsque je dis : « exprimer » ne veut pas dire laisser libre court au mouvement intérieur.

Si vous ressentez de la honte, par exemple, il n’est pas judicieux de vous laisser submerger par le sentiment qui l’accompagne. En effet, vous ne vous en sortirez pas si vous entrez dans une culpabilité monstrueuse ou si vous essayez de vous cacher dans un trou de souris !

Par contre, vous pouvez en parler. Le simple fait de dire que vous vous sentez avoir honte de … est à même de réduire le sentiment qui l’accompagne et peut vous aider à vous relever.

A vous de jouer

Le tableau ci-dessus peut devenir un excellent guide d’exploration de vos émotions.

·         Observez les évènements, les situations qui réveillent en vous une émotion, que celle-ci soit positive ou négative (ça marche dans les 2 sens) et les sentiments qui les accompagnent.

·         Comment réagissez-vous face à elles ? (émotions) Comment vous sentez-vous face à eux ? (sentiment)  Que pouvez-vous faire pour les accueillir comme des amies qui vous reflètent simplement l’état psychologique dans lequel vous vous sentez ?

Alors. Entre nous… Avez-vous envie de faire un pas de plus dans votre croissance ?  



Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr ! Merci d'avance

 


Selon vous, cet article plairait-il à vos amis ?

Publié dans Outils

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article