Vous n’arrivez pas à atteindre vos objectifs ? Est-ce à cause de cela ?

Publié le par Madeleine Moreau

Il y a quelques jours, je vous proposais un outil pour atteindre vos objectifs, c’était celui-ci.

 Bien sûr, lu ainsi, ça paraît tout simple. Il n’y qu’à s’y mettre et suivre toutes les étapes, résultat garanti !

Dans l’idéal, c’est bien ça.

Dans la réalité, c’est autre chose.

Objectif.jpg

Vous avez déjà baissé les bras, vous avez mis un trait sur ce que vous pensiez faire …

Pour être plus claire, je vais prendre un exemple :

L’objectif était : Perdre 3kg d’ici le mois d’octobre (Vous vous êtes fixé cet objectif au retour de vos vacances, début août, en constatant que vous aviez récupérer tous les kg perdus avant les vacances

Vos 4 étapes se divisaient ainsi :

ü Réduire votre consommation de féculents durant les 2 premières semaines

ü Prendre rendez-vous chez une diététicienne pour affiner un plan d’action, ceci après avoir réduit les féculents

ü Suivre le plan d’action à la lettre durant le mois suivant, donc en septembre

ü Acheter l’ensemble que vous avez vu et qui vous plaît tant le 1er octobre pour fêter votre réussite

Bravo !

Vous vous y êtes mis, en ayant en vous une détermination solide comme du roc.

Mais voilà, nous sommes à la mi-septembre et vous avez arrêté de suivre le plan d’action donné par la diététicienne.

Dommage !

C’est ce qui se produit hélas, trop souvent.

Que ce soit pour un objectif comme celui de mon exemple, ou pour un autre, il est parfois difficile d’aller jusqu’au bout.

On arrête en cours de route, on démissionne, on remet à plus tard, on culpabilise, on recommence …

2 causes possibles

        La première vient de vous : vous avez repris vos anciennes habitudes alimentaires, le temps d’un week-end, en pensant que cela n’aurait aucune influence … mais, en vous pesant le lundi matin, horreur, les 500g perdus durant la semaine sont repris, et cerise sur le gâteau, avec 500 g encore un plus, donc, 3 semaines d’efforts perdus.

Vous vous êtes dit : « A quoi bon tous ces efforts, ces privations. L’ensemble que j’aurais voulu, ce sera pour une autre fois, je recommencerai au printemps, ce sera plus facile. »

Ou alors, il vous est plus difficile de perdre du poids et le plan d’action ne semble pas porter de résultats : vous pensez que vous n’y arriverez jamais, en tout cas pas pour le 1er octobre, vous vous mettez alors en position d’échec.

Une autre possibilité : vous culpabilisez parce que vous avez enfreint la ligne de conduite que vous vous étiez donné et vous vous punissez en arrêtant votre régime.

Il peut y avoir d’autres causes qui viennent de vous :

Ø Le manque de temps pour préparer des repas équilibrés … non, ce n’est pas à cause des autres ou à cause d’un emploi surchargé … mais parce que vous ne prenez pas le temps de préparer des repas équilibrés.

Ø Votre détermination du départ s’est quelque peu évanouie, vous n’arrivez pas à dire non lorsqu’on vous propose d’aller au MacDo et le lendemain de manger une pizza !

Ø Quelles sont les autres causes « personnelles » que vous vivez ?

         La deuxième cause, c’est d’écouter ce que les autres vous disent, de vous fier à leurs expériences ou à leur interprétation du contexte. Voyons cela de plus près :

 Vous refusez l’invitation à aller au MacDo, mais par contre, vous proposez d’aller manger dans un resto qui propose des menus végétariens, en soulignant que vous êtes au régime et que vous désirez perdre les 3kg indésirables avant le mois d’octobre.

Ces "autres", ce sont bien sûr vos amies, les personnes qui vous sont très proches. Cela peut également être votre compagnon, vos enfants.

 Le discours qu’ils tiennent pourrait être du genre :

Ø « Mais, tu n’as pas besoin d’un régime, tu es très bien comme ça ! »

Ø «  Et tu fais quoi comme régime ? Parce que tu sais, moi j’en ai essayé des dizaines, et, regarde, on peut pas dire que ça fasse de l’effet ! »

Ø « Mais, c’est pas un hamburger qui te fera prendre du poids, et puis, tu peux choisir des nuggets, c’est moins gras, ou alors tu prends seulement une salade et une portion de frites, fais-toi plaisir ! »

Vous voyez le truc ? Les voilà très compatissants avec vous.

En une ou deux phrases, voilà votre détermination qui passe à la corbeille, tout simplement parce que vous vous dites : « Après tout, il/elle a raison, autant profiter de la vie ! »

Les autres peuvent aussi transférer leurs échecs passés sur vous, et, inconsciemment, vous allez leur donner raison et vivre à votre tour l’échec.

Ø « Tu fais ce régime ? Fait bien attention, parce que tu sais, moi je l’ai essayé il y a 3 ans et j’ai fini à l’hôpital. A ta place, je ne ferais pas confiance à ma diététicienne qui me prescrirait un truc aussi con ! »

Ø «  Et tu as déjà fait combien de régimes ? 4 ? 5 ? et à chaque fois tu reprends plus que ce ne tu perds. Crois-moi, les régimes c’est de la poudre à éternuer. La preuve, j’ai jamais perdu grâce à un régime. Tu vieillis, faut te faire une raison et t’accepter comme tu es ! »

Ø Quelles sont les autres raisons avancées par vos proches, qui sont susceptibles de couper votre détermination ?

Si vous êtes concernée par ce cas, quelles conclusions pouvez-vous faire ?

Lorsque vous parlez d’un projet, d’un objectif que vous désirez réaliser, certaines personnes ne vont même pas avoir conscience qu’elles vont vous couper l’herbe sous les pieds. Elles pensent, simplement, qu’elles doivent vous protéger contre les « dangers » de la vie. Elles ne vous aideront pas.

Cela ne veut pas dire que vous ne devez pas en parler.

C’est d’ailleurs une bonne chose que d’en parler, parce que, ainsi, vous pouvez booster votre détermination.

Mais … Ecoutez leurs réactions. Si vous sentez qu’elles vous répondent en étant axées sur leur expériences, sur leur peurs, sur un préjugé ou sur un échec qu’elles ont subi, ne les suivez pas et continuez votre route.

Vous vous demandez sans doute ce que vous pouvez faire lorsque la cause vient de vous …

Exactement ce que je viens de dire au sujet des autres.

Vous n’en avez sans doute pas conscience, mais la plupart des abandons d’objectifs se réalise à cause du dialogue intérieur que vous entretenez.

« J’ai mis la barre trop haute, je ne vais pas y arriver ! »

« Est-ce que j’ai fait le bon choix ? J’aurais dû m’y prendre autrement, demander d’autres conseils … »

« J’ai déjà perdu 2kg, mais personne ne m’en a fait la remarque, ça ne se voit même pas et je me prive pour rien ! »

En fait, vous agissez envers vous, de la même manière que les personnes qui pourraient saper votre détermination.

Voilà pourquoi vous devez agir de la même manière et continuer à croire que vous atteindrez votre objectif.


Est-ce que cet article intéresserait vos amis ? Dites-leur qu'il existe !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr ! Merci d'avance


N'ayez pas peur de donner votre avis :

En répondant aux questions ci-dessus, en partageant ce qui vous a aider à atteindre vos objectifs. Vos commentaires peuvent être précieux.


Ceci pourrait également vous intéresser :

Votre alliée s’appelle-elle « Détermination » ?

La motivation est une clé de la réussite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mira 14/09/2013 16:07


oui, mon expérience est aussi que, dans différents secteurs de la vie, nous nous sappons nous-mêmes, avec des excuses, des buts placés trop hauts, ne pas oser s'affirmer en ce qu'on souhaite
atteindre etc, comme déjà souvent dit dans ces blogs, les autres ne peuvent rien faire à notre place, nous devons faire et tenir nous-mêmes, mais les autres peuvent nous aider grandement dans un
soutien positif, nous aider à garder en vie la motivation, dans des moments un peu creux et difficiles en cours de route.

Madeleine Moreau 17/09/2013 20:52



Bonsoir Mira,


L'expérience, rien de tel pour découvrir comment ne pas nous couper l'herbe sous les pieds la fois suivante.


Oui, tu as raison, les autres ne peuvent rien faire à notre place, par contre, ils peuvent nous soutenir, nous booster ... à condition qu'ils n'essaient pas de faire les choses à notre place !
Tiens, tu me donnes une piste pour un prochain article


Bonne soirée à toi. Madeleine